• Imatz

    ImatzPar-delà Droite et Gauche

    Permanence et et évolution des idéaux et des valeurs non-conformistes

    [Ci-contre : Arnaud Imatz. Né à Bayonne en 1948, est docteur d’État en sciences politiques, diplômé en droit et sciences économiques. Hispaniste de vocation, il a publié plusieurs ouvrages et de nombreux articles dans une trentaine de revues européennes et américaines]

    Les éditions Godefroy de Bouillon viennent de publier un excellent livre d’Arnaud Imatz, intitulé Par-delà Droite et Gauche : Permanence et évolution des idéaux et des valeurs non-con­formistes, un livre qui éclaire la malhonnêteté des nouveaux censeurs. Dans son prologue, l’auteur écrit :

    « À l’heure de rendre compte de la ou, plutôt peut-être, des culture(s) politique(s) non­ conformiste(s), la tradition scientifique de rigueur, de probité et d’objectivité, constamment invoquée, est rarement respectée. Historiens, philosophes, politologues, sociologues et journalistes oscillent entre le silence prudent, qu’impose la peur d’être “gommé” professionnellement, et l’attitude belliqueuse, l’engagement polémique, sectaire, intolérant, qu’explique parfois la conviction, mais plus souvent l’opportunisme. Beaucoup renoncent à l’analyse lucide et pondérée des idées, des doctrines, des mentalités et des visions du monde de l’“Autre”, pour faire l’histoire de leurs altérations, distorsions, déformations ou contrefaçons. Ils interprètent comme apologie toute prise en compte d’un point de vue, de valeurs, de faits ou de documents qui contredisent leurs opinions. Sous couvert d’érudition, de préoccupation historique et de méthode scientifique, s’active un instinct, s’agite une psy­chologie de partisan, qui juge systématiquement les idées de l’adversaire à travers celles de leurs sous-produits, celles de l’a­mi n’étant considérées que dans leurs élaborations les plus achevées (…). Ces analyses tendanciellement manichéennes dé­rivent vers des interprétations fantasmatiques lorsqu’elles sont vulgarisées. Supportant mal le doute naturel et nécessaire chez le politologue, les esprits fébriles et sectaires sont soulagés dans un système clos, où l’absence d’objectivité dans le débat est compensée par la ferveur partisane. Il s’agit pour eux de diaboliser toute pensée “politiquement incorrecte” et de criminaliser ceux qui l’expriment. Bouffis d’orgueil et de prétention intellectuelle, en quête de succès de presse faciles, ces inquisiteurs ressassent interminablement, jusque dans les organes réputés les plus prestigieux, leurs assertions dogmatiques sur la “personnalité autoritaire”, leurs pétitions de principe et leurs exagérations de toute nature, qui nourrissent en fait des complexes phobiques de mythomanes conspirationnistes. Les analyses les plus nombreuses s’arrêtent sur des aspects de détail, sur l’apparence et non sur les idées. L’image qui s’en dégage est celle d'un iné­vitable stéréotype aussi absurde que contradictoire : le non-conformiste représente tout à la fois le violent, le haineux, le per­vers, le comploteur, le réactionnaire, l'immobiliste, le défenseur de l’ordre moral, l’incarnation du mal ! ».

    Dans le dernier chapitre intitulé “Le renouveau de la culture poli­tique non conformiste”, nous lisons :

    « (…) la nouvelle droite, depuis un peu moins de dix ans, paraît épuisée, décline et ne subsiste plus qu’à l’état résiduel. Sa redéfinition comme centre d’agitation d’idées anti-libérales, au nom d’un anti-utilitarisme généralisé, son insistance à confondre amour libre et promiscuité sexuelle, lui permettent des rencontres passagères, des débats fugaces mais sans lendemain car ne s’inscrivant pas dans une véritable stratégie, avec les animateurs de petits groupes d’intellectuels de gauche. Le meilleur exemple est fourni par le MAUSS (mou­vement anti-utilitariste dans les sciences sociales), animé par Alain Caillé et Serge Latouche, et influencé aussi par les travaux de Michel Maffesoli. C’est dès lors en partie autour des revues Nationalisme & République (aujourd’hui défunte) de Michel Schneider, et surtout de Vouloir et Orientations de Robert Steuckers, qu’a tenté de se regrouper, pour trouver un second souffle, la tendance la plus politique, la plus radicale et la plus non conformiste de la nouvelle droite ».

    ♦ Arnaud Imatz, Par delà Droite et Gauche : Permanence et é­volution des idéaux et des valeurs non conformistes, édi­tions Godefroy de Bouillon, Paris, 1996, 272 p.

    ► Pierre Monthélie, Nouvelles de Synergies Européennes n°26, 1997.

     

    http://i36.servimg.com/u/f36/11/16/57/47/orname10.gif

     

    Défense et illustration du non-conformisme

    « On résiste au pouvoir de l’argent par ce qu’on a de traditionnel en tant qu’on est fils d’une race, le croyant d’une religion, l’homme d’une terre, l’artiste obscur d’un métier. C’est pourquoi les financiers détestent d’instinct tout ce qui empêche les hommes d’être pareils » (Abel Bonnard, L’Argent).

    • Recension : Arnaud IMATZ, Par delà droite et gauche : Permanence et évolution des idéaux et des valeurs non conformistes, éd. Godefroy de Bouillon, Paris, 1996.

    Arnaud Imatz s’était déjà fait remarqué il y a quelques années par une démystification fort bienvenue de la Guerre d’Espagne. Son livre sur José-Antonio et la Phalange avait sorti cette belle figure de l’oubli. Docteur d’État en sciences politique, juriste et économiste, il vient de faire paraître un ouvrage fondamental sur la permanence des idéaux non-conformistes, qui est une sorte de synthèse de la pensée dissidente en Europe. L’analyse est fine, l’information solide, érudite même. Nous possédons désormais une étude d’ensemble de cette culture non-conformiste, qui est la phobie de l’oligarchie intellectuelle. La nouvelle classe dirigeante fait tout pour occulter ce courant très riche de la pensée européenne, aveuglée qu’elle est par son esprit partisan « qui juge systématiquement les idées de l’adversaire à travers celles de leurs sous-produits, celles de l’ami n’étant considérées que dans leurs élaborations les plus achevées ». Pour cette caste politico-médiatique, sûre d’elle et dominatrice, aussi moralisatrice que corrompue, le non-conformisme est l’incarnation du mal absolu, contre lequel tous les moyens sont bons : « Je crois qu’il y a urgence à réhabiliter, sinon le “dogmatisme” du moins une forme de sectarisme » (B.-H. Lévy, L’idéologie française). À voir l’hystérie collective qui s’est emparée de cette nomenklatura aux abois lors du congrès du FN à Strasbourg, on perçoit l’ampleur de la panique qui, lentement mais sûrement, la gagne. Le livre d’Imatz doit jouer le rôle de traité d’anticonformisme. À cet égard, il est appelé à devenir un classique, moyennant quelques corrections et compléments.

    Réalisme, pessimisme, différences

    Le non-conformisme se définit grosso modo par sa critique du rationalisme et du matérialisme bourgeois, par le refus des mythes progressistes, par un regard réaliste, voire pessimiste, porté sur les rapports humains. Cette vision du monde exalte les différences, considérées comme sources de dynamisme face à toute forme d’entropie. Elle rejette le primat de l’économique au profit d’une conception holistique de la vie. De même, l’utilitarisme, le culte de l’argent et l’égalitarisme sont dévalorisés. Le non-conformiste tend à défendre et à développer les identités chamelles : il comprend que c’est précisément leur négation irréfléchie, par les idéologies mortifères et totalitaires (libéralisme, marxisme), qui cause le retour de formes caricaturales d’affirmations nationales, ethniques. Comme le dit bien Imatz, « la quête de l’identité, la redécouverte de soi à travers le culturel, la défense des groupes, associations, classes, nations, races et religions, loin de confiner à la barbarie comme le prétend l’hyper-individualisme cosmopolite, constitue, selon la pensée non-conformiste, la seule réponse à la modernité anxiogène et déstructurante ». L’enracinement dans une lignée, un quartier, une commune, une province (un “pays”), une profession, une patrie charnelle, une civilisation grand-continentale est par conséquent primordial pour le non-conformiste. Deux courants principaux peuvent être distingués, l’un qui rejette totalement la modernité, l’autre qui tente de la dépasser en opérant une synthèse. Le premier est le courant traditionaliste, contre-révolutionnaire. Minoritaires, souvent confinés dans des cénacles sclérosés, adeptes d’un conservatisme absolu et d’une mystique de l’Ordre, les contre-révolutionnaires ont tendance à s’enfermer dans le rôle d’émigrés de l’intérieur.

    Contre-révolutionnaires et révolutionnaires conservateurs

    Imatz semble quelque peu majorer ce courant et passer rapidement sur nombre de ses faiblesses : manque d’audace, absence de vision géopolitique, refuge dans un passé mythifié (âge d’or), attente d’une divine surprise ou de l’homme providentiel, culte de l’échec et des occasions manquées, nostalgies incapacitantes et blocages mentaux. Parmi eux, citons la conception catholique de l’homme nécessairement “déchu” (dualisme radical), les dogmes du Jour du Jugement, de la révolte “satanique” de l’homme contre le Dieu unique, etc. Ce côté dépassé, vieillot, ne peut qu’aggraver la coupure d’avec les réalités sociologiques : le courant traditionaliste est en effet limité à une frange de la bourgeoisie française, et qui n’est pas précisément en phase d’expansion. Bref, on a surtout l’impression, à observer ce micro-milieu, de se livrer à de l’archéologie sociale, à une sorte d’enquête chez des chouans, parfois bien sympathiques, mais de passer à côté de l’immense majorité du peuple et de ses forces vives.

    Le second courant est conservateur-révolutionnaire, c’est-à-dire qu’il entend lier tradition et révolution, et donc créer une troisième voie. Un bon exemple, parmi d’autres, est le gaullisme historique. À ce propos, Imatz cite Jean Cau : « quels que soient vos sentiments à l’égard du général de Gaulle, n’oubliez pas ceci : il dit non à l’Amérique ». Un autre est le conservatisme-révolutionnaire de la “Nouvelle Droite”, dont le GRECE qui s’est développé après mai 68 ; c’est un mouvement justement qualifié d’“intrabourgeois” par un penseur traditionaliste. Imatz expose correctement les grands principes de la Nouvelle Droite, même si les influences étrangères ne sont pas assez signalées. On a l’impression d’un mouvement créé ex nihilo, à Paris, par Alain de Benoist, ce qui est loin d’être le cas. Le rôle important d’un Dominique Venner (Pour une critique positive), d’un Jean Mabire (L’écrivain, la politique et l’espérance, réédité sous le titre La torche et le glaive), puis de Pierre Vial, de Giorgio Locchi, de Pino Rauti, de Marco Tarchi, d’Armin Mohler ou de Guillaume Faye aurait pu être précisé. De même, le thème (païen) de l’Empire est peu abordé. alors qu’il est fondamental dans ce courant de pensée, ainsi que celui de la géopolitique. Imatz est sévère vis-à-vis de la ND (« depuis un peu moins de dix ans, elle paraît épuisée, décline et ne subsiste plus qu’à l’état résiduel »). Ce constat n’est pas faux : outre quelques fidèles comme M. Marmin, ne restent en fait autour d’Alain de Benoist que de jeunes disciples dont le dévouement ne suffit pas à recomposer une mouvance.

    La ND ne semble plus avoir de stratégie précise (sinon, disent certains, une soif de reconnaissance au sein du microcosme parisien, ce qui serait le comble pour un mouvement régionaliste). Elle se désintéresse clairement du politique. Toutefois l’apparition et le développement rapide d’une dissidence formée partiellement par d’anciens cadres du GRECE (Steuckers, Sincyr, Notin, etc), et baptisée Synergies européennes (1993), semble avoir forcé la ND “historique” à rassembler des troupes laissées à l’abandon et à lentement sortir de sa somnolence. Les publications du GRECE continuent toutefois à paraître et le mouvement ne s’est pas dissous. À notre connaissance pourtant, les séminaires de formation des cadres n’ont pas repris à la vitesse de croisière de la grande époque des années 70-80. Les colloques se sont stabilisés aux alentours de 500 entrées (chiffre remarquable de nos jours)… mais ils sont surtout l’occasion de retrouvailles de gens ne partageant plus nécessairement les orientations actuelles de la centrale. Il faut aussi dire que le creux des années 87-95 peut s’expliquer, entre autres, par la montée en puissance du FN, qui a attiré les gens désireux de s’engager directement. De plus, le militantisme est pour le moment passé de mode, hyperindividualisme oblige, et la moindre conférence prend des allures de grand défi.

    Mais l’important est que le travail acharné de Synergies européennes, l’activité grandissante d’associations de qualité comme Terre et Peuple (Pierre Vial) ou Nation et Humanisme (Yvan Blot), la parution de revues non-conformistes comme Imperium, Europe Nouvelles, Nouvelles de Synergies européennes ou Vouloir, etc semblent avoir convaincu la ND de reprendre le combat. Cette mouvance révolutionnaire-conservatrice (GRECE, Synergies, etc), éclatée et polyphonique, est un peu à l’image de cette fin de siècle et jouera un jour prochain le rôle qui doit être le sien : inspirer les princes, à l’image du RSS indien qui, depuis des dizaines d’années, forme les cadres dont l’Inde a besoin. Sur l’opposition droite-gauche, Imatz cite une opposition quelque peu réductrice : transcendance-immanence, à laquelle on préférera de loin l’opposition de la “métaphore de l’arbre” (et quoi de plus “immanent” qu’un arbre ?) à celle de “l’horloge”.

    Une analyse du Front national

    Il analyse finement le mouvement et l’idéologie national-populistes et s’interroge sur le phénomène Le Pen, l’homme capable de rassembler des courants aussi divers sous sa bannière. Ne serait-ce pas le propre des grands meneurs, des “souverains” ? On s’en convainc encore davantage en lisant la presse hostile : rarement un homme aura été aussi honteusement sali par une presse quasi unanime. Voilà un homme et un parti contre lesquels tout est permis : insultes, violences, appels à l’émeute et au meurtre, etc, sans volonté d’apaisement de qui que ce soit. Ces pratiques terroristes, comme le saccage du stand du FN à la Foire du Livre, auquel répond… un appel d’éditeurs à l’interdiction des victimes, sont une violation de l’état de droit et augurent mal de l’avenir. En outre, l’insistance des “spécialistes” sur l’existence d’un clan chrétien auquel s’opposerait un clan laïco-païen, véritable tarte à la crème des journalistes, en dit long sur les espoirs placés dans la balkanisation du FN. C’est oublier que l’essence du FN, aujourd’hui la principale force d’opposition en France au libéralisme cosmopolite, est de constituer un front, et donc de rassembler côte à côte des personnes venues d’horizons différents, mais qui partagent un même amour de leur patrie, un même enracinement au sein d’une civilisation qu’ils entendent défendre contre les utopies multiculturelles et hyper-individualistes. Citons J.-M. Le Pen : « L’Europe s’est en effet incarnée physiquement dans des archétypes humains, soit qu’ils vivent encore, tel l’Espagnol de Séville ou le Celte d’Irlande, soit qu’ils aient été fixés à jamais dans le marbre de Praxitèle ou la statuaire du Bernin… Malgré les particularismes et la diversité, c’est cette certitude d’une même émotion qui unit les Européens… En existant dans la plénitude de notre être européen, nous respectons aussi l’étranger, dans cette universalité de l’humanité qui fait de chaque homme, de chaque groupe ou nation un être différencié » (in la revue Identité).

    La résistance aux scolastiques

    Imatz retrace aussi la riche histoire du non-conformisme en résistance aux diverses scolastiques (sartrienne, soixante-huitarde, etc). Belle évocation, où manque la figure d’un Michel Mourlet, fondateur de Matulu, le magazine en lutte contre toutes les formes de subversion culturelle dans les années 60 et 70, ces années noires sur le plan culturel. Mourlet, qui n’est pas cité dans l’imposante bibliographie (près de 40 pages), est en fait l’héritier direct des Fraigneau, Laurent et Déon, les hussards qui ferraillèrent à Arts-Opéra contre la dictature des Temps modernes, où pontifiaient Sartre et sa compagne. À ce sujet, il aurait fallu évoquer, même rapidement, le rôle de Roland Laudenbach et des éditions de la Table Ronde, qui ont joué le rôle de refuge pour tous ceux qui étaient la cible de la police de la pensée. De même, l’aspect littéraire du non-conformisme aurait pu être étudié : Raspail, Volkoff, de Roux, Abellio, Parvulesco, Mohrt ou Dutourd ont chacun apporté leur pierre à la digue érigée contre les eaux d’égout. Sans oublier la revue Item, du brave Héduy.

    Le grand conflit de notre époque, qui verra le crépuscule de la modernité et la fin du nihilisme, oppose désormais la culture individualiste, hédoniste et libérale, omniprésente dans les médias, qui ne peut que ruiner toute civilisation et, par conséquent susciter les pires tribalismes, les pires intégrismes, et, en face, par delà droite et gauche, la culture communautaire (catholique, socialiste, païenne, régionale, professionnelle, peu importe), seul rempart contre la barbarie. Le peuple contre les oligarchies. Les patriotes contre les cosmopolites. Pour conclure, disons que nonobstant les points de détail cités plus haut, tout compte fait secondaires, il faut louer ce beau livre d’Arnaud Imatz comme un événement intellectuel, comme une brillante introduction aux idées des non-conformistes de notre après-guerre.

    ► Patrick Canavan, Vouloir n°137-141, 1997.

    http://ekladata.com/LH5ePJEyVBl5NBBoRgriNZMuZuQ/ouie10.gif

    ♦ lire aussi : recension (Cartouches n°3, 1997) ; fiche de lecture (scriptoblog).

     

    04b84610.gif
    Pièces-jointes :

     

    De l’Espagne au débat Droite-Gauche

    Entretien avec Arnaud Imatz

    Biographe de José Antonio Primo de Rivera, spécialiste de l’Espagne contemporaine, Arnaud Imatz s’est aussi intéressé à l’histoire des idées politiques.

    • La Nouvelle Revue d’Histoire : Quel a été votre itinéraire personnel ? Quelles sont aujourd’hui les idées dans lesquelles vous vous reconnaissez ?

    Arnaud Imatz : Je suis né en 1948 à Bayonne, au sein d’une famille d’origine basco-navarraise. Docteur en sciences politiques, j’ai été pendant dix ans fonctionnaire international à l’OCDE avant de créer et diriger à Madrid une entreprise spécialisée dans la fourniture de livres aux bibliothèques universitaires américaines et européennes. En parallèle, je me suis consacré à l’histoire de l’Espagne et à celle des idées politiques.

    Ce parcours trouve ses origines dans l’histoire de ma famille. En 1914, mon grand-père maternel sert à Verdun. Mon grand-père paternel se couvre de gloire en Champagne. Grand mutilé, amputé d’une jambe, il travaillera ensuite sans jamais se plaindre en subvenant aux besoins d’une famille de six personnes. Durant la Deuxième Guerre mondiale, il reste fidèle au maréchal Pétain alors que ses fils, dont le plus âgé a perdu un bras à Dunkerque, sont gaullistes. Amie personnelle de la maréchale Pétain, qui a longtemps logé dans son hôtel, ma grand-mère maternelle ne s’en est pas moins engagée dans la Résistance…

    Outre celle de ce cadre familial, il faut signaler l’influence qu’eurent sur moi certains de mes professeurs et les auteurs que j’ai lus depuis mes études, parmi lesquels Tocqueville, Donoso Cortès, Péguy, Pareto, Bernanos, Unamuno, Aron, FreundMolnar et de Benoist

    J’ajoute que, sans ignorer ses reniements et ses injustices, notamment le sort réservé aux français pieds-noirs et aux harkis à l’issue de la guerre d’Algérie, j’ai été profondément gaulliste en me retrouvant dans la volonté d’indépendance nationale, le refus d’une Europe supranationale vassalisée par Washington, l’association capital-travail, l’hostilité au parlementarisme. À la différence de ses récents successeurs à l’Élysée, De Gaulle pensait que la France ne se résume pas à une construction juridique et institutionnelle mais qu’elle est d’abord un peuple sur une terre, doté d’une culture spécifique et pétri par l’histoire.

    En 1968, je n’ai éprouvai aucune sympathie pour les “gauchistes”, alliés objectifs du néocapitalisme, qui l’ont aidé à détruire les valeurs embarrassantes pour lui : l’enracinement, l’identité historico-culturelle, le sens du sacré. Tout me séparait de ces contestataires compulsifs, de ces pseudo-révolutionnaires, qui oublièrent vite leurs virulentes critiques du consumérisme, du productivisme et de la technocratie, pour défendre le multiculturalisme néolibéral, l’individualisme et la logique frénétique du marché lorsqu’ils ne se précipitèrent pas sans vergogne dans les allées du pouvoir.

    Je me sens aujourd’hui Basque, Français et Européen mais je ne peux me satisfaire d’une Union européenne vassalisée, sans frontières, dépourvue de volonté politique.

    ◊ Vos premiers travaux ont porté sur l’école de Salamanque, trop méconnue en France.

    Pour beaucoup de Français, l’Espagne du Siècle d’or est synonyme de royaume ou d’Empire guerrier, mercantiliste et intolérant. Par ailleurs, la thèse simpliste de Max Weber à propos de la relation entre protestantisme et capitalisme, entre nations catholiques et nations économiquement attardées (dont l’Espagne), a été magistralement infirmée dans les années 1930 par l’hispaniste américain, Earl J. Hamilton. Mais elle demeure très présente en France où il semble difficile d’admettre que l’élite intellectuelle hispanique des XVIe et XVIIe siècles (pour la plupart des théologiens dominicains et jésuites) ait pu élaborer des théories politiques, juridiques et économiques à l’origine de la modernité.

    L’école de Salamanque couvre en gros la période 1525-1640. La contribution de ses principaux penseurs (Francisco de Vitoria, Diego de Covarrubias, Luis de Molina, Juan de Mariana et Francisco Suárez) porte non seulement sur la théologie (Ils font de l’œuvre de Saint Thomas d’Aquin leur principal objet d’étude), mais sur tous les grands problèmes sociaux, politiques et juridiques. Ils ont formulé, bien avant les économistes des XIXe et XXe siècles, la théorie de la valeur subjective, celles de l’utilité marginale et des prix, la théorie quantitative de la monnaie et le phénomène de l’inflation. L’usure, l’intérêt, le salaire, les profits, le jeu de l’offre et de la demande, n’ont aucun secret pour eux.

    À partir du XVe siècle, l’université devient un pôle d’attraction intellectuel où les grandes figures que sont Nebrija, Fray Luis de Leon, Juan de la Cruz, Luis de Gongora et bien d’autres font leurs études. Dans son De jure belli, le Dominicain Francisco de Vitoria (1483-1546) redéfinit la théorie de la guerre juste, développée jusqu’alors par Saint Augustin et Saint Thomas. Selon Vitoria, les Indes doivent être considérées comme un protectorat politique, justifié seulement s’il sert le bien être des peuples indigènes.

    Une seconde génération, comprenant Luis de Molina (qui enseigna à Madrid et à Coimbra), Juan de Mariana et surtout Francisco Suarez (1548-1617) prend la suite. Opposé au mercantilisme, Domingo de Soto soutient que la richesse des nations découle de l’échange et non de l’accumulation des métaux précieux. Les penseurs de la néo-scolastique espagnole condamnent l’usure mais acceptent l’intérêt modéré. Le plus célèbre de ces auteurs est Francisco Suárez. À son époque, son œuvre est connue dans toute l’Europe. Il énonce dans son Defensio Fidei (1613) l’axiome fondamental de la théologie scolastique : le pouvoir public vient toujours de Dieu et seule est légitime l’autorité qui ne perd pas de vue sa mission, qui est l’obtention du bien commun. Dès le début du XIXe siècle, plusieurs juristes espagnols et européens souligneront l’influence de Vitoria et de ses disciples sur les juristes protestants Grotius et Pufendorf, qui passaient jusqu’alors pour les seuls précurseurs du droit international. Dans le domaine de l’économie, il faudra attendre près de trois siècles pour que l’économiste Joseph Schumpeter écrive que les penseurs de l’École de Salamanque méritent le qualificatif de fondateurs de l’économie moderne.

    ◊ Il y a une trentaine d’années, vous avez donné la première étude d’envergure consacrée à José Antonio Primo de Rivera.

    La lecture fortuite de deux livres consacrés à la Phalange, publiés au début des années 1970, fut pour moi déterminante. Ces deux ouvrages pionniers, l’un du journaliste et polémiste d’extrême gauche Herbert Southworth, l’autre de l’historien social-démocrate Stanley Payne, ont éveillé en moi un intérêt qui ne s’est, depuis, jamais démenti pour la figure de José Antonio Primo de Rivera. J’ai soutenu, en 1975, une thèse de doctorat d’État sur sa pensée politique et publié ensuite José Antonio et la Phalange Espagnole [1], un livre complété vingt ans plus tard par José Antonio, la Phalange Espagnole et le national-syndicalisme [2]. L’édition espagnole la plus récente date de 2006. Elles est préfacée par l’économiste, membre de l’académie des sciences morales et politiques, Juan Velarde Fuertes. Ce sujet est devenu un véritable tabou de l'historiographie espagnole.

    Victime de la manipulation idéologique qu'en firent les franquistes, honni et vomi par les auteurs néolibéraux, néo-sociaux-démocrates et postmarxistes, il est passé sous silence ou caricaturé par la majorité des journalistes et des historiens. Pourtant, le philosophe libéral, Miguel de Unamuno, avait vu en lui « un cerveau privilégié peut être le plus prometteur de l'Europe contemporaine ». Le prestigieux historien libéral, Salvador de Madariaga, l'avait défini comme une personnalité « courageuse, intelligente, idéaliste ». Des hommes politiques aux sensibilités de gauche, voire d'extrême gauche, comme Indalecio Prieto, ou des intellectuels renommés comme Gregorio Marañon, Federico García Lorca, Bertrand de JouvenelGustave Thibon ou Georges Bernanos ont tous rendu hommage à son honnêteté et à sa sincérité. « Un héros de roman de cape et d'épées » disait de lui l'ambassadeur des États-Unis, Claude Bowers. Mais José Antonio n'était pas que cela.

    Grand d’Espagne, il était devenu républicain de raison et s’était défait de toute nostalgie passéiste pour la monarchie. Beaucoup de ceux qui l'ont connu soulignent sa haute conception de la justice, son sens du devoir et de l'honneur, son magnétisme, son courage et son humour. Azorín, l'illustre écrivain de la Génération de 98 [3], insiste sur sa “cordialité” et sa “bonté de cœur”. “Ni de droite, ni de gauche”, il cherche à jeter un pont entre la tradition et la modernité. Il appartient à la lignée des révolutionnaires ou réformistes, radicaux ou modérés, autoritaires ou démocrates, socialistes organicistes ou nationaux populistes, qui prétendent associer, concilier, surmonter les contraires relatifs afin d'intégrer ouvriers, paysans et bourgeois dans la communauté nationale. Unir et fondre les traditions de droite et de gauche, refuser le particularisme égoïste et l'universalisme abstrait, lutter contre le matérialisme individualiste et collectiviste, tel est l'objectif de José Antonio. La dimension religieuse et chrétienne, le respect de la personne humaine, le refus de reconnaître dans l'État ou le parti la valeur suprême, l'antimachiavélisme sont autant d'éléments distinctifs de sa pensée. José Antonio n'était ni hégélien, ni darwiniste. Sa pensée est très proche de celle des non-conformistes français des années trente (Mounier, Fabrègues, Maxence, Rougemont, Daniel-Rops) [1]. Sa disparition prématurée et celle de la quasi-totalité des leaders phalangistes ou nationaux-syndicalistes (Ramiro Ledesma Ramos, Onésimo Redondo, Julio Ruiz de Alda, etc.) firent qu’en avril 1937, Franco put imposer à la Phalange et aux carlistes la fusion avec tous les partis de droite (monarchistes, républicains-conservateurs et libéraux de droite).

    Le nouveau mouvement informe, appelé Phalange espagnole traditionaliste (FET) compta bientôt plus d'un million de membres alors qu’en février 1936, la Phalange de José Antonio ne groupait pas plus de 10 à 20.000 militants. Très vite, les autorités franquistes comprirent l'avantage qu'elles pouvaient tirer d'un culte rendu à José Antonio. Elles exaltèrent son exemple et son sacrifice, récupérant la phraséologie et la symbolique de son mouvement, en oubliant les thèmes révolutionnaires de sa doctrine. Sur 119 ministres du Caudillo, 7 (voire 21, selon les critères que l'on adopte), seront phalangistes. Ils occuperont, presque exclusivement, des portefeuilles à caractère “technique” ou “social” et les ministères-clefs leur échapperont toujours.

    ◊ Vous vous êtes intéressé ensuite à Juan Donoso Cortès.

    En 1986, j’ai préfacé la réédition française du célèbre Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme [4] et j’ai établi récemment une anthologie de textes du Marquis de Valdegamas, Théologie de l’histoire et crise de civilisation [5], précédée d’une longue étude introductive. Chez Donoso Cortès il faut surtout souligner l’évolution, une évolution qui le mène du libéralisme au conservatisme avant de connaitre ce qu’il appelle sa « conversion » au catholicisme.

    Donoso fut un homme d’État et un diplomate sûr et efficace, un orateur éloquent, un écrivain de talent, un philosophe et même un théologien prestigieux. Ambassadeur et ministre plénipotentiaire à Berlin et à Paris, plusieurs fois député aux Cortes, secrétaire particulier et conseiller de la reine mère-régente, Marie-Christine [6], Donoso Cortès fut honoré du titre de marquis de Valdegmas. Prononcé en 1849, son Discours sur la dictature est immédiatement traduit dans plusieurs langues dont le français, l’italien et l’allemand.

    Né en 1809, Donoso a franchi au cours de sa vie trois étapes successives :

    • Une séquence libérale-modérée (1832-1836), rationaliste, très critique des “fanatiques” traditionalistes-carlistes partisans de Don Carlos (le frère de Ferdinand VII que celui-ci a écarté de la couronne). Donoso encense alors Luther et salue « la magnifique révolution française ».
    • Puis une phase conservatrice libérale (1837-1847), au cours de laquelle il reconnaît que la raison doit s’appuyer sur la foi et qualifie désormais la Révolution française de « fourvoiement de la raison ».
    • Enfin, l’étape proprement catholique traditionnelle (1847-1853). Le 4 janvier 1849, avec le Discours sur la dictature, Donoso combat désormais les opinions qu’il avait défendues jusqu’alors.


    Il retient à nouveau l’attention en 1850, à l’occasion de son Discours sur la situation de l’Europe, qui contient une critique radicale de l’économisme. Donoso nie que les véritables hommes d’État de l’histoire, se soient jamais appuyés sur la vérité économique. « L’ordre matériel n’est rien sans l’ordre moral ». Dans son Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme, publié en juin 1851, il affirme que « Toute grande question politique et humaine suppose une grande question théologique ». Il meurt en mai 1853, alors qu’il va entrer dans sa quarante-quatrième année.

    ◊ Vous avez également contribué à réveiller, en France, l’intérêt pour José Ortega y Gasset.

    J’ai édité et introduit une nouvelle version française de son ouvrage La révolte des masses [7]. Pour lui, « être de gauche ou être de droite c'est choisir une des innombrables manières qui s'offrent à l'homme d'être un imbécile ; toutes deux, en effet, sont des formes d'hémiplégie morale ». À l’instar du libéralisme du catholique Miguel de Unamuno, autre figure de proue de l'intelligentsia ibérique, le libéralisme agnostique d’Ortega est aux antipodes du néo-libéralisme anglo-saxon. Nuls critiques plus radicaux et plus acerbes de “l’homo economicus”, de “l’homme apatride”, “asexué”, que les deux auteurs du Sentiment tragique de la vie (1913) [8] et de la Révolte des masses (1929).

    Pour Ortega, le nivellement par le bas, à partir de l'élimination des meilleurs n’a rien à voir avec la démocratie. Il ne reflète au contraire que hargne et ressentiment. L'idée que l'égalité politique doit s'accompagner d'égalité dans tout le reste de la vie sociale est erronée et dangereuse. Selon Ortega, « l'homme-masse » est un type d'homme qui apparait dans toutes les classes d'une société. Il représente à la fois le triomphe et l'échec de l'ethos bourgeois. C'est l'individu qui refuse toute forme de supériorité et se sent le droit inné d'exiger toutes sortes de commodités ou d'avantages de la part d'un monde auquel il n’estime ne rien devoir. Il ne se croit pas meilleur que les autres, mais il nie que les autres soient meilleurs que lui. C'est « l'homme moyen », qui « n'a que des appétits », « ne se suppose que des droits » et « ne se croit pas d'obligations ». C'est « l'homme sans la noblesse qui oblige ».

    À l'opposé de l'homme masse, Ortega affirme que l'homme noble ou exemplaire vit au service d'un idéal. Il est celui qui exige d'abord tout de lui même. « L'homme d'élite, dit-il, n'est pas le prétentieux qui se croit supérieur aux autres, mais bien celui qui est plus exigeant pour lui que pour les autres ».

    Plus de soixante ans après la première publication de La révolte des masses, l'historien et politologue américain Christopher Lasch a complété et renouvelé la thèse d'Ortega y Gasset. Dans un ouvrage fondamental, The Revolt of the Elites and the Betrayal of Democracy (La révolte des élites et la trahison de la démocratie) [9], Lasch a montré que les attitudes mentales de l'homme masse sont désormais plus caractéristiques des classes supérieures que des classes moyennes et basses. “Avant moi le néant, après moi le déluge” semble être devenu la devise préférée d’une nouvelle classe dirigeante dont le style de vie est marqué par le rejet des valeurs communautaires, le mépris des traditions populaires, la fascination pour le marché, la tyrannie de la mode, le nomadisme, l'insatisfaction assouvie dans la consommation de la marchandise, l'obsession de l'apparence physique, le culte du spectacle, du succès et de la renommée.

    ◊ Vous avez, avec La Guerre d’Espagne revisitée, contribué à une relecture nécessaire de la guerre civile de 1936-1939

    En 1989 et 1993, j’ai publié La guerre d’Espagne revisitée [10], livre préfacé par l’historien Pierre Chaunu. À cette occasion, j’ai présenté les travaux d’historiens et de politologues espagnols prestigieux mais inconnus dans l’Hexagone, tels Ricardo de la Cierva, Luis Suárez, Gonzalo Fernández de la Mora et les frères Salas Larrazabal. En 2006, à l’occasion du 70e anniversaire du déclenchement de la Guerre civile espagnole, le dossier du nº 25 (juillet-août) de la NRH a été consacré à ce sujet. J’ai pu ainsi faire connaitre au public francophone les “nouveaux historiens indépendants” de la Péninsule (Pío Moa, Ángel David Martín Rubio, José Javier Esparza…). J’ai aussi édité et préfacé l’ouvrage de l’un des plus grands spécialistes mondiaux de la guerre civile espagnole, l’historien américain, Stanley Payne, La guerre d’Espagne : L’histoire face à la confusion mémorielle [11].

    Grâce aux travaux d’une minorité d’historiens indépendants publiés dans les années 1990-2010, un coup mortel a été porté à la vision manichéenne, prétendument “progressiste”, de la Seconde République et de la Guerre civile, qui avait été élevée au rang de dogme officiel par les gouvernements du PSOE sous l’influence et la pression de l’extrême gauche. Désormais, l’historiographie de la guerre d’Espagne apparait plus complexe et surtout plus rééquilibrée. La vision partiale reste sans doute prédominante au sein de l’université d’État où rares sont ceux qui osent la remettre en cause. Elle est aussi inculquée sans partage dans l’enseignement secondaire public. Mais, dans les grands médias, et surtout dans l’opinion publique, la perception de la grande tragédie espagnole du XXe siècle est désormais plus équilibrée. L’interprétation “officielle”, idyllique et politiquement correcte, selon laquelle les bons “républicains” défendaient la légalité, la liberté, la démocratie, l’émancipation des travailleurs et la modernisation de la société espagnole, face aux méchants “fascistes” n’est plus du tout hégémonique dans l’opinion publique. La fiction a vécu.

    ◊ Vous avez préfacé longuement le livre de Dominique Venner, Europa y su destino, publié en Espagne, en 2010.

    Oui. J’ai en effet présenté cet ouvrage au public hispanique car je considère que Dominique Venner est l’un des quelques historiens français de sa génération qui méritent vraiment d’être lus et débattus. Ce livre, écrit spécialement pour les Espagnols, reprend et développe la thèse de son remarquable livre Le Siècle de 1914.

    ◊ Vous vous apprêtez à publier une synthèse ambitieuse consacrée à l’antagonisme entre droite et gauche.

    À partir des années 1990, je me suis intéressé au clivage droite-gauche, une division qui a fait l’objet de beaucoup trop d’ouvrages convenus. J’ai publié Par-delà droite et gauche : Permanence et évolution des idéaux et des valeurs non-conformistes [12]. Enfin, j’ai refondu et actualisé l’ensemble de mes travaux dans un ouvrage de synthèse Droite - gauche : pour sortir de l’équivoque - Histoire des idées et des valeurs non-conformistes du XIXe au XXIe siècle, à paraitre en février 2015 aux éditions Pierre-Guillaume de Roux. Je crois, ou du moins j’espère, contribuer par ce livre à la transmission de tout un patrimoine historico-culturel ignoré ou méconnu des jeunes générations. Le clivage droite-gauche est présenté aujourd’hui comme « l’horizon indépassable de la démocratie ». Paradoxalement, il n’a jamais été aussi décrédibilisé dans l’opinion publique.

    Il y a déjà plus d’un demi siècle, dans la préface de L’opium des intellectuels, Raymond Aron invitait pourtant ses lecteurs à plus de clairvoyance : « On n’apportera quelque clarté dans la confusion des querelles françaises, disait-il, qu’en rejetant ces concepts équivoques » [13]. Au fil des ans, la division droite-gauche s’est convertie en un mythe incapacitant destiné à brider la résistance populaire à la cristallisation oligarchique. Un bon nombre d’auteurs considèrent désormais que le prétendu débat politique immuable, opposant deux catégories “essentialisées”, est devenu insensiblement un masque. Le non-conformiste authentique heurte de front les tabous de notre époque en envisageant l’hypothèse que c’est dans le principe matérialiste de la vie, le rationalisme des Lumières, l’absolutisation du relatif, la divinisation de la science, l’exacerbation de l’individualisme, la négation de la valeur de l’identité et de la différence, la primauté de l’économique sur le social, de l’utile sur l’éthique, enfin, le culte de l’argent et de l’égalité généralisée que se trouve la matrice de l’aliénation, du totalitarisme mou ou soft de la modernité. Les non-conformistes affirment que la négation de l’identité collective (ou du minimum indispensable de valeurs morales et culturelles partagées), telle qu’elle s’est traduite au XXe siècle dans le socialisme-marxiste et le néo-libéralisme a largement contribué à la crise en cours. On l’aura compris : Droite – gauche, pour sortir de l’équivoque est une étude introductive aux idées et aux valeurs non-conformistes.

    ► Propos recueillis par Pauline Leconte, Nouvelle Revue d’Histoire nº 76, janvier-février 2015.

    ♦ Arnaud Imatz : Docteur d’État en sciences politiques, diplômé en droit et sciences économiques, Arnaud Imatz a été fonctionnaire international à l’OCDE puis chef d’entreprise en Espagne. Collaborateur régulier de la Nouvelle Revue d’Histoire, il a notamment publié José Antonio et la Phalange espagnole (1981, réédition en 2000), La guerre d’Espagne revisitée (1989, réédition 1993), Par delà droite et gauche Permanence et évolution des idéaux et des valeurs non conformistes (1996, réédition 2002). Son prochain livre Droite-gauche : pour sortir de l’équivoque. Histoire des idées et des valeurs non conformistes du XIXe au XXIe siècle sera publié en février 2015 aux Éditions Pierre Guillaume de Roux.

    Notes :

    1. Albatros, 1981.
    2. Godefroy de Bouillon, 2000. L’édition espagnole de 2006, préfacée par l’économiste, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, Juan Velarde Fuertes, a fait l’objet de plusieurs réimpressions.
    3. Génération de 98 : le terme désigne les intellectuels qui se sont interrogés sur l’identité de l’Espagne après la défaite subie face aux États-Unis en 1898.
    4. Juan Donoso Cortès, Essai sur le catholicisme, le libéralisme et le socialisme, Éditions Dominique Martin Morin, 1986.
    5. Juan Donoso Cortès, Théologie de l’histoire et crise de civilisation, Le Cerf, 2013.
    6. Marie Christine, régente de 1833 à 1840, était la veuve du roi d’Espagne Ferdinand VII (roi de 1813 à 1833), et la mère d’Isabelle II (qui règnera de 1833 à 1868].
    7. Éd. Le Labyrinthe, 1986.
    8. Miguel de Unamuno, Sentiment tragique de la vie, Gallimard, 1957.
    9. Flammarion/Champs, 2010.
    10. Economica, 1989, rééd. 1993.
    11. Le Cerf, 2010, rééd. 2011.
    12. Godefroy de Bouillon, 1996 et 2002.
    13. Calmann-Lévy, 1955, rééd. Fayard-Pluriel, 2010.

     

    Imatz

    épilogue

     

    ImatzBarrès et Jaurès

    [ci-contre : dessin de Ronald Searle]

    Il y a bien des murs qui s’écroulent en ce moment, et pas seulement le mur de Berlin ; bien des frontières qui se défont, et pas seulement celles de la Yougoslavie. Dans tous les domaines, on assiste aujourd’hui à l’effondrement des anciens clivages, à la disparition des points de repère. Dans le domaine des idées, le divorce des familles intellectuelles et des familles politiques est désormais consommé : quel est l’intellectuel digne de ce nom qui peut aujourd’hui se reconnaître dans une pratique de parti ? Quant aux partis eux mêmes, engagés dans une course au recentrage qui ne cesse de s’accélérer, il est clair qu’ils ne s’affrontent plus que sur le choix des moyens et que leurs objectifs sont les mêmes. Tandis qu’on sent poindre la crise de régime, les uns se mettent aux Verts, les autres louchent sur les mâles cohortes du lepénisme, d’autres rêvent d’un grand centre mou consacrant l’apothéose des valeurs bourgeoises. Les ex-gauchistes se sont depuis belle lurette recyclés dans l’humanisme et la voiture avec chauffeur. L’État-PS en est à infecter les hémophiles (quel symbole !). Et le pitoyable débat sur l’immigration s’enferme dans les petites phrases et les mauvais calembours, comme s’il n’y avait plus à choisir qu’entre l’idéologie du bunker et celle des cosmopotes. On en est même maintenant à l’échange des faits divers (“crimes maghrébins” contre “crimes racistes”) ! Degré zéro de la réflexion. Pendant ce temps, hors des frontières de l’Hexagone, l’histoire fait retour. Tant pis pour ceux qui avaient un peu vite annoncé sa mort ! Définitif ou non, l’effondrement communiste à l’Est a des effets inattendus. Il apporte d’abord un démenti cinglant aux fines analyses des soviétologues libéraux qui, depuis des décennies, nous expliquaient doctement que l’URSS, étant un “État totalitaire”, ne pouvait pas se réformer d’elle-même et ne succomberait qu’à des pressions extérieures dans des circonstances catastrophiques. Manque de chance : la perestroïka est venue d’en haut, et même du cœur du système, du KGB. Mais cet effondrement donne à voir aussi un spectacle d’une rare impudeur : ceux-là mêmes qui se prosternaient hier devant la statue de saint Marx se bousculant devant les caméras pour affirmer que “tout communiste est un chien” ! Ceux-là mêmes qui ont suivi toutes les modes sans jamais rater un virage, staliniens dans les années cinquante, gauchistes dans les années soixante, socialistes dans les années soixante-dix, sociaux-démocrates ou libéraux dans les années quatre-vingts, venant se faire gloire de leurs reniements, communiant dans l’anticommunisme primaire et jouant des pieds et des mains pour se faire prendre en photo devant le cadavre !

    Ils déchanteront vite ceux qui croient que le libéralisme triomphe aujourd’hui sans partage. La vérité est au contraire que la société occidentale libérale-marchande a perdu son repoussoir. Elle ne pourra plus désormais gloser sur le goulag pour masquer ses propres échecs et faire oublier la misère qu’elle fait naître. Elle a perdu le diable qui lui permettait de faire croire à son dieu. Elle sera maintenant jugée pour ce qu’elle est. L’aliénation même.

    Dans cette situation nouvelle, il n’y a évidemment plus ni droite ni gauche. Il n’y a plus désormais qu’une seule frontière. D’un côté, ceux qui acceptent cette société de spectacle et de consommation, ceux qui se bornent à vouloir en réformer les contours sans la mettre en question. Et de l’autre, ceux qui tout simplement ne la supportent plus. Qui ne supportent plus cet univers où règnent le non-sens, l’indifférence à l’autre, la solitude de masse, le conformisme, le nouvel ordre moral, le déracinement, la loi de la jungle. Ceux qui ne croient ni à la rédemption par le marché ni à la promotion par le fric. Ceux pour qui la vie ne se ramène pas aux valeurs comptables, à la performance individuelle, à la compétition marchande. Ceux qui en ont assez d’un monde sans gratuité, sans désintéressement, sans générosité, où rien n’a plus de valeur mais où tout a un prix. Ceux qui ne veulent pas seulement des moyens d’existence, mais aussi des raisons de vivre. Le nouveau clivage de cette fin de millénaire est là, et nulle part ailleurs. C’est le clivage entre le centre et la périphérie. Et tout ce qui est dans la périphérie est solidaire.

    Cause du peuple ? Oui, sans doute. Mais du peuple dans sa globalité. Le prolétariat est déjà une vieille lune et “l’union du peuple de France”, un mot d’ordre lassallien beaucoup plus que marxiste. Cause du peuple, mais aussi et surtout cause des peuples. Cause de tous ceux qui, dans le monde, refusent l’universalisation des pseudo-valeurs occidentales, l’impérialisme du “développement” et la main-mise américaine sur les façons particulières de penser et de vivre ensemble.

    On est loin alors, en effet, très loin des vieux clivages. Barrès et Jaurès réconciliés pour estoquer Bernard Tapis. Beau sujet d’allégorie pour un artiste de l’avenir.

    ► Alain de Benoist, L’idiot International n°70, octobre 1991.

     

    orname10.gif

     

    Ni droite, ni gauche !

    Nous ne croyons ni au capitalisme qui crée la lutte des classes, ni au socialisme qui l’exploite ; ni aux présidents de conseil d’administration qui s’enrichissent du travail du peuple, ni aux politiciens qui se font une carrière de son ressentiment ; ni ceux qui paient les commissions, ni à ceux qui les touchent ; ni à l’égoïsme, ni à l’humanitarisme ; ni à la lâcheté, ni à l’arrivisme ; ni à la droite, ni à la gauche.

    Nous ne disons pas que les mots de droite et de gauche n’ont plus de sens. Nous disons qu’ils en ont un encore, et qu’il faut le leur ôter. Car ils signifient la routine et l’utopie, la mort par la paralysie et la mort dans la décomposition, l’Argent et le Nombre. Tyrannies antagonistes peut-être, mais également haïssables et, par ailleurs, susceptibles de s’unir aux dépens des mystifiés. Car nous savons par expérience – et il est bon de le rappeler au moment où la droite et la gauche paraissent assez près de se rassembler autour du drapeau jacobin pour une nouvelle union sacrée à mille morts par jour – que nous savons que la guerre des Principes peut être aussi celle des Affaires, l’intérêt des munitionnaires s’accommoder assez bien de la libération des peuples opprimés.

    ► Thierry Maulnier, extrait de : « Le seul combat possible », in : Combat, juillet 1936.

     

    « EverlingMarillier »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :