• NSE 08

    cover


    Nouvelles de Synergies Européennes n°08

    Février 1995

     

    ◘ SOMMAIRE :

     

    ♦ ÉDITORIAL ♦

    • Enfin ! (G. Syncir) [lire ci-dessous]

    ♦ EUROPE ♦

    • Chveik à Sarajevo (M. Martins)
    • Dossier “Ukraine” (J. de Bussac)
    • L'Europe et la Russie (JG Malliarakis)
    • Pour une république italienne présidentielle, fédérale et cantona­le ! (entr. av. G. Miglio)

    ♦ GÉOPOLITIQUE ♦

    • Qui a peur de la géopolitique ? (F. Cardini)
    • Géopolitique des grandes puissances (L. Favre)
    • Le retour de la géopolitique en Russie (Cl. Veltri)
    • Une première biographie de Carl Schmitt (R. Steuckers)
    • Les “géopolitiques internationales” de Gérard A . Montifroy (J. de Bussac)

    ♦ HISTOIRE ♦

    • Arkeo n°6 (L. Favre)
    • Maquettes Osborne (L. Favre)
    • Vingt Césars et trois Parques (JdB)
    • État hitlérien et société allemande (JdB)
    • Archéologie : Hommes blancs de Chine (B. Dietsch)

    ♦ LETTRES ♦

    • Tragédies grecques (PM)
    • La Provence de Marcel Pagnol (PM)
    • Éditions La Délirante : Ernst Jünger (JdB)
    • Jean Parvulesco, analyste et visionnaire (PC)
    • Jean Parvulesco : Le gué des louves (P. Canavan)
    • Jean Parvulesco : Rapport secret à la nonciature (PC)
    • Un brigadisme à visage humain ? [L'ombre rouge de C. Battisti] (PC)

    ♦ PHILOSOPHIE POLITIQUE ♦

    • Islam, immigration, laïcité (R. Steuckers)
    • L'héritage écologique du communisme (JdB)
    • Pour un marketing idéologique ! (P. Lancelot)

    ♦ PEUPLES D’EUROPE ♦

    • Balkans (JdB)
    • Culture suédoise (JdB)

    ♦ TRADITIONS ♦

    • Moulins occitans (J. de Bussac)
    • Le vin : leçon de choses (P. Monthélie)
    • Origine des grands monothéismes (P. Monthélie)
    • Les dieux magiciens dans le Rig-Veda (F. Valentin)

    ♦ MÉDIAS ♦

    • Libres propos sur la télévision (R. Steuckers)
    • Enjeux internationaux : sur “France Culture” (L. Favre)
    • Revue Omega sur les musiques “underground” (J. de Bussac)
    • Mettez-vous au standard européen en recevant Astral (E. Evrard)

    ♦ VIE DU MOUVEMENT ♦

    • Nos activités de février (BSE)
    • Programme Université d’été de la F.A.C.E. juillet 1995


     

    ouie

     

    ◘ Nota bene : Pour ouvrir les liens vers les articles disponibles, cliquer sur la partie rouge de la ligne de présentation.

    ◘ Notre couverture : Sur son destrier, en uniforme de hussard ailé, le noble polonais Sebastian Sobieski, Grand porte-étendard de la Couronne (Chorąży Wielki Koronny), accompagnant le cortège nuptial de Sigismond III Vasa et Constance d'Autriche, à Cracovie en 1605. Détail de la peinture anonyme sur le rouleau de Stockholm, gouache et aquarelle sur parchemin, ca. 1605.

    Ci-dessous : Bannière royale de la dynastie Vasa de branche polonaise (1587-1668). Elle combine des éléments héraldiques polonais, lituaniens et suédois, tous trois relatifs aux prérogatives de Sigismond III (1566-1632), roi de Pologne à partir de 1587 et roi de Suède de 1592 à 1599. Il tenta de reconquérir la couronne de Suède dont il fut dépossédé en 1599. Le régent Charles IX de Suède le vainquit en février 1600 à Linköping, au sud-ouest de Stockholm, sur le Stangan. Cette victoire et le massacre des partisans de Sigismond (bain de sang de Linköping) assurèrent le triomphe de la Réforme en Suède.

     

    NSE 08

     

     

    Enfin !

    Depuis que la “Nouvelle Droite” existe — je parle de la ND non pas parce que je souhaite faire du “continuisme” et répéter mécaniquement ses arguments des années 70 mais parce que j’en ai été l’un des principaux responsables, avant de modifier quelque peu mon optique ; je ne peux évidemment pas parler des clubs idéologico-politiques que je n’ai pas connus — tous peuvent constater qu’elle n’a cessé d’être assise entre deux chaises. En s’engageant dans un combat “métapolitique”, en suivant assez maladroitement les recettes du communiste italien Antonio Gramsci, elle a oublié que celui-ci était un des dirigeants d’une très puissante machine politique : le PCI. Et que c’était en rapport à un projet politique rigoureusement défini que Gramsci situait son action, en bon disciple de l’école machiavélienne, bien vivante en Italie.

    J’ai adhéré à la ND, il y a une vingtaine d’années, parce que j’estimais qu’elle mettait brillamment en forme la vue du monde à laquelle je me rattachais spontanément. Mais en travaillant sur le seul plan culturel, la ND ne proposait à ses adhérents et à ses sympathisants aucun projet politique clairement défini. La ND, volontiers esthétisante, pratiquait ce que Carl Schmitt appelait l’occasionnalisme : elle virevoltait au gré des vents du parisianisme, était tantôt autoritaire, tantôt régionaliste, tantôt centraliste, tantôt giscardienne, tantôt écolo-gauchiste, tantôt apologète du travail, tantôt apologète de la paresse, tantôt religieuse, tantôt avocate du blasphème, sans jamais expliquer franchement ses volte-faces. Ces louvoiements et ces errances ont provoqué son éparpillement et sa déliquescence .

    La création de Synergies Européennes a été une réponse, assez tardive, et même trop tardive sans doute, à cet échec. Cette association, implantée dans huit pays européens, structurée en ateliers de travail, regroupe aujourd’hui des revues, des cercles et des petits réseaux d’amis autour de ces grands thèmes que sont l’économie, l’écologie, le régionalisme et la subsidiarité, la géopolitique, le sacré et, prochainement, l’architecture et l’urbanisme, ainsi que les "nouvelles technologies". Bientôt elle aura une cellule de travail proprement POLITIQUE.

    En effet — et c’est évidemment l’objet principal de cet éditorial —, nous sommes heureux d’annoncer la création d’une structure de type politique, étendue à toute l’Europe et qui s’appelle : L’UNION pour une FÉDÉRATION EUROPÉENNE COMMUNAUTAIRE (UFEC). Son sigle est une abeille, comme le symbole des rois francs, avant Clovis. L’abeille est symbole de travail, de communauté, d’écologie et de paix. Mais si on l’attaque, si on dérange et bouleverse son œuvre laborieuse, sa piqûre peut être douloureuse.

    L’UNION pour une FÉDÉRATION EUROPÉENNE COMMUNAUTAIRE n’est pas destinée à se lancer dans les batailles électorales. Elle doit d’abord jeter les bases de notre vision d’Europa, rassembler ceux qui aspirent à vivre et à léguer un monde bâti sur nos principes d’équilibre, de paix intérieure, de bon sens. Elle vise à diffuser ses analyses, à les faire partager. Au départ, sa méthode de travail sera simple : critiquer systématiquement les décisions politiques de l’établissement, notamment celles de la Commission Européenne ; en somme, jouer le rôle d’un "shadow cabinet" permanent. Son combat s’orientera de la façon suivante : unir et construire l’Europe autour de deux principes fondamentaux, 1) l’Imperium au sens vieux-romain du terme, c’est-à-dire la vertu de commandement qui sommeille en temps de paix mais qui est immédiatement ravivée quand le danger se présente ; l’lmperium a une dimension sacrée, que nous voulons restaurer, en méditant sur le symbole de la Sainte-Lance que portait l’Empereur saxon Othon Ier quand il vainquit les Hongrois à Lechfeld en 955, en sauvant ainsi l’héritage romain et franc. L’lmperium est aussi symbole de responsabilité politique, garant de la puissance sur le long terme ; et 2) la Subsidiarité qui permettra aux communautés réelles qui irriguent l’Europe entière de leur sève féconde et conviviale de conserver leurs forces intérieures, leur autonomie, de gérer à leur guise leur quotidien, de préserver leur identité et de veiller à l’héritage écologique. La subsidiarité, bien appliquée, dans le sens où l’entendait Althusius (et non pas où l’entend Madame Thatcher), est la garante de la liberté quotidienne.

    L’UFEC lance donc un appel à ceux de nos amis qui s’intéressent à son projet généreux et constructif, pour qu’ils la rejoignent.

    Ainsi, à la veille du printemps, Synergies apporte la preuve de son dynamisme, de son sens des réalités, participe au développement et à la prospérité des “nôtres”. Mais que ceux qui veulent nous rejoindre sachent qu’il trouveront partout en Europe des amis prêts à leur faire une place à leurs côtés, dans l’atelier de leur choix, qui correspond à leurs compétences et à leurs affinités.

    Nous avons retrouvé notre vigueur. Enfin !

    ► Gilbert Sincyr, éditorial de Nouvelles de Synergies Européennes n°8, février 1995.

     

    « NSE 07NSE 09 »
    Pin It

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :