• Kohl

    Affaire Kohl : l'Allemagne attaquée de l'intérieur

    Kohl

    ◘ avertissement : Cet article de Jean Parvulesco, datant de 1999, garde une pertinence indubitable en regard du lent démantèlement de l'Axe Paris-Berlin-Moscou [ci-dessus : Gorbatchev et Helmut Kohl le 13 juin 1989]

    Qu'une puissante opération politico-stratégique souterraine avait dû relier, à l'origine et d'une manière unitaire, l'auto-destitution du communisme soviétique, l'effondrement du communisme dans toute l'Europe de l'Est, le démantèlement du Mur de Berlin et la réunification des deux Allemagnes, ne saurait laisser le moindre doute, de même que l'évidence de la part absolument déterminante qu'y avaient tenue les services politiques spéciaux de l'Allemagne Fédérale, et le rôle tout-à-fait décisif, comme prédestiné, du Chancelier Helmut Kohl dans la conception, la mise en place et l'exécution sur le terrain de l'ensemble opérationnel ayant finalement abouti à la liquidation définitive du communisme dans l'Est de l'Europe et à la fin de son influence dans la partie occidentale de celle-ci, privée, soudainement, de l'action suractivante de son épicentre soviétique.Tout cela ayant constitué un tout, un bloc opérationnel unitaire agissant d'une manière dissimulée, s'étant utilisé à cacher sa démarche, parvenant à exploiter d'une manière maximale son avantage sur le double plan du secret total et d'un effet de surprise non moins total, suivant la dialectique décisive du fait accompli.

    Douter du rôle éminent qu'avait été celui du Chancelier Helmut Kohl [de 1982 à 1998], tout comme de la mission particulière et du poids politique implicitement engagé, dans ce complexe de circonstances actives, par l'Allemagne Fédérale, c'est reconnaitre son ignorance des mécanismes qui décident occultement de la marche visible de l'histoire, de la “grande histoire”. C'est avouer ne pas être dans le coup, c'est se mettre en dehors du petit nombre de ceux qui savent, de ceux qui se trouvent habilités à comprendre le jeu profond des forces secrètes en compétition lors des grands tournants politiques de l'histoire en marche.

    La pierre fondatrice de la future Grande Europe

    Aussi l'histoire européenne présente et à venir, qui sera, avant tout et fondamentalement, l'histoire de l'intégration impériale grand-continentale de l'Europe de la Fin, se trouve-t-elle en dette d'une manière indéniablement établie à l'égard de l'Allemagne démocrate-chrétienne du Chancelier Helmut Kohl, qui a su prendre sur elle de la libérer une fois pour toutes de la pesanteur — en tout état de cause mortelle — du communisme et des conspirations négatives que celui-ci entretenait d'une façon permanente dans l'espace intérieur européen à travers les partis assujettis à son influence subversive. Et ceci, en sachant faire l'économie d'une troisième guerre mondiale, par la mise en marche d'un jeu souterrain vertigineux de contre-influences, de provocations, de menaces sous-entendues et de pressions occultes de plus en plus exacerbées ayant mené à l'épreuve de force finale. Une épreuve de force en quelque sorte clandestine, et que l'Allemagne a emportée de haut vol, et définitivement. Pourquoi, alors, les choses étant ce qu'elles sont, ne pas le reconnaître ouvertement ? Pourquoi ne pas en faire la pierre fondatrice de la Future Grande Europe ? Pourquoi ne pas y trouver une leçon significative pour les prochaines batailles politiques continentales de notre histoire immédiatement à venir, lors des confrontations qui ne manqueront pas de se déclarer entre la Future Grande Europe et la conspiration mondialiste de la “Superpuissance Planétaire” des États-Unis ?

    Et comment peut-on donc ne pas comprendre encore que ce qui se passe actuellement en Allemagne, dans le Sud-Est de l'Europe et dans l'Europe de l'Est, et plus particulièrement en Russie, concerne aussi, d'une manière à la fois totale et décisive, les destinées politiques immédiates de la France ? Quel est cet aveuglement aussi tragiquement malfaisant que suspect — et même de plus en plus suspect — qui empêche certains milieux politiques français de droite de comprendre que, désormais, la France ne peut absolument plus être considérée en dehors de l'Europe, que dans l'avenir le plus proche déjà les destinées de la France se trouvent inexorablement, non pas seulement liées, mais identiques dans leur devenir à celles de la Grande Europe ? Que toute atteinte portée aux intérêts politiques profonds de l'Allemagne, ou de la Russie, est également une atteinte fondamentale aux destinées politiques actuelles de la France ? Que face à la conspiration mondialiste exacerbée par la puissance dans l'ombre de la “Superpuissance Planétaire” des États-Unis, l'Europe se doit de pouvoir présenter un front uni, ou accepter de se démettre sans retour ? 

    Or il se fait que, à l'heure présente, l'Europe se trouve violemment en butte à une action de déstabilisation décisive, menée à travers une vaste opération de dislocation intérieure de l'Allemagne, et dont les retombées prochaines ne manqueront pas de se répercuter d'une façon catastrophique en France aussi, et partout en Europe, jusqu'en Russie même. Et, peut-être, en Russie surtout.

    Déconsidérer l’œuvre européenne du Chancelier Helmut Kohl

    Une fort importante centrale subversive apparemment inidentifiable — mais qui, pour peu que l'on soit au courant des véritables buts politiques et supra-politiques s'y trouvant engagés, cesse de pouvoir garder son anonymat — s'utilise à l'heure actuelle à défaire, sous des prétextes fallacieux, diversionnistes, les destinées politiques présentes de la Nouvelle Allemagne, en s'attaquant à la personne de l'ancien Chancelier Helmut Kohl et partant à l'ensemble de son action de libération anti-communiste européenne — auto-destitution du communisme soviétique et de l'ensemble des régimes communistes à l’œuvre dans l'Europe de l'Est, démantèlement du Mur de Berlin, réunification des deux Allemagnes — dont elle tente de dévaloriser, d'aliéner, voir, si possible, d'en renverser le sens, les acquis, la situation de fait, à travers une stratégie de destitution largement soutenue par les médias et l'ensemble des relais politiques en place du régime social-démocrate de Gerhard Schröder. Régime qui, à mesure qu'il se trouve forcé à dévoiler ses cartes, apparaît de plus en plus asservi à des intérêts contraires à ceux de l'Allemagne et de la Grande Europe, comme un régime, donc, de haute trahison anti-allemande et anti-européenne.

    La ligne de front de l'actuelle attaque personnelle contre l'ancien Chancelier Helmut Kohl, qui se veut dévastatrice mais qui vise, en réalité, la déconsidération indirecte, sournoise et portant en profondeur de son œuvre politique européenne de salut et de libération anti-communiste, a trouvé son prétexte de façade dans la dénonciation virulente, paroxystique, du fait que celui-ci avait couvert l'existence d'un dispositif de caisses noires de la CDU : l'ensemble de l'opération pue outrageusement le coup monté, et bénéficie, ainsi que nous l'avons déjà relevé, de l'appui médiatique déchaîné sur commande de la totalité de l'appareil d'agitation-propagande de la sociale-démocratie allemande en place, ainsi que, ce qui plus est, européenne, et française plus particulièrement. Car tout se tient pas en-dessous.

    Des puissantes complicités médiatico-politiques s'en trouveront-elles donc soudainement mobilisées, aussi, en France, à l'appui de l'opération de déstabilisation personnelle engagée contre l'ancien Chancelier Helmut Kohl. Ainsi a-t-on pu voir le quotidien parisien gauchiste Libération consacrer des pages entières à la “dénonciation” de l'ancien Chancelier Helmut Kohl, et qui se permet de publier des documents confidentiels de très haut niveau diplomatique, à savoir une correspondance secrète — cotée vertraulich — amtlich geheimgehalten du Chancelier Helmut Kohl au Premier ministre français Édouard Balladur [de 1993 à 1995], et ceci pour non seulement essayer de disqualifier le Chancelier Helmut Kohl, mais, surtout, pour déstabiliser la politique européenne franco-allemande, en dévoilant les dessous confidentiels de la plus grande opération économique européenne franco-allemande de l'après-guerre. À savoir le rachat par Elf des stations-service Minol et du complexe de raffineries de Leuna, privatisées en ex-Allemagne de l'Est. Une affaire d'un niveau de quarante milliards de francs, qui devait puissamment asseoir la présence française dans l'ex-Allemagne de l'Est, récemment revenue à l'unité allemande antérieure, unité gagnée de haute lutte.

    Une guerre politique totale

    Alors que le fait de veiller à l'institution d'un dispositif de caisses noires de la CDU représentait, dans la période cruciale — et dans l’extrême incertitude politico-sociale environnante — où celle-ci était en train d'organiser la mise ne faillite du communisme soviétique, une entreprise politique engagée à l'avant-garde de l'action contre-stratégique fondamentale, d'envergure supra-historique et grande-continentale que poursuivaient à ce moment-là le Chancelier Helmut Kohl et, derrière celui-ci, l'Allemagne chrétienne-démocrate du régime établi par la CDU. Non point “erreur d'appréciation administrative”, et bien moins encore “malversation délictueuse”, mais une très impérieuse exigence d'une guerre politique totale, une obligation stratégique incontournable de la grande bataille anti-subversive alors en cours, moyen décisif en première ligne d'un combat décisif. Une résolution totalement responsable, située à la pointe d'un combat tout à fait résolu, inconditionnel : telle est la perspective à l'intérieur de laquelle il s'agit de considérer “l'affaire” des caisses noires de la CDU que l'on impute actuellement d'une si suspecte manière à l'ancien Chancelier Helmut Kohl, la juste perspective.

    Car, redisons-le : en réalité, l'actuelle opération en cours contre l'ancien Chancelier Helmut Kohl vise à remettre en cause l'ensemble de la politique européenne anti-communiste de l'Allemagne démocrate-chrétienne — auto-destitution du communisme soviétique, liquidation de l'ensemble des régimes communistes de l'Europe de l'Est, démantèlement du Mur de Berlin, réunification des deux Allemagnes — et ce faisant d'ouvrir grand les chemins d'un retour aux positions marxistes radicales, mais dissimulées, d'une certaine social-démocratie de gauche, ombre portée de l'opposition anti-nationale, “internationaliste”, “cosmopolite”, au sein de l'ancien pouvoir soviétique. Car, dans l'ombre, la bête gigote encore, et avec le soutien subversif de la “Superpuissance Planétaire” des États-Unis, elle est même en train de recouvrer son propre souffle, tout son souffle. Si nous autres nous n'y intervenons pas.

    C'est qu'il s'agit d'une opération qui trouve ses racines très loin en arrière, d'une opération qui gagne actuellement des dimensions continentales, et qui après avoir dévaste, en France, la ligne gaulliste nationale, est en train de s'attaquer, à présent, de plein front à l'Allemagne.

    Réduire l'élan de l'Allemagne, l'asphyxier

    On l'a compris : il faut que par tous les moyens la puissance politique propre de la Nouvelle Allemagne soit combattue, mise dans l'impossibilité d'agir, de se développer, de pousser en avant ses nouveaux buts politiques et supra-politiques dans le cadre de la puissance géopolitique naissante de la plus Grande Europe. Car ce n'est point en tant qu'elle-même que l'Allemagne se trouve ainsi être bridée, forcée à réduire son élan, asphyxiée, mais en tant que puissance fondamentale de la plus Grande Europe. Ce que l'ennemi intérieur ne le sait que trop bien. Mais nous aussi. 

    Car il n'y a pas seulement les actuelles tentatives de diversion négationniste et révisionniste concernant la personne de l'ancien Chancelier Helmut Kohl et les grandes lignes de sa politique de libération européenne anti-communiste. D'autres grandes opérations de diversion négative et révisionniste, anti-allemande et partant fondamentalement anti-européenne, sont actuellement en cours, comme celle visant le démantèlement à très prochaine échéance du dispositif d'affirmation, de présence et d'action politique de l'Allemagne, en Europe et dans le monde, dispositif fonctionnant à travers les structures opératives propres de la radio-télévision allemande dirigée vers l'extérieur, la Deutsche Welle. Le nouveau directeur de la Deutsche Welle, Dieter Weirich, qui fait fonction de commissaire politique socialiste aux ordres du ministre socialiste des médias et de la culture, Michael Neumann, vient en effet de décider la fermeture des émissions en direction du Japon, de l'Amérique latine, de la Slovénie, de la Slovaquie, de la République Tchèque, de la Hongrie, de la Croatie, de la Serbie et de la Roumanie.

    Au moment même où l'Allemagne réunifiée regagne sa capitale traditionnelle, et où Berlin se trouve en position de devenir la capitale effective de l'Europe centrale si ce n'est le centre même de l'Europe, au moment donc où l'Allemagne aurait besoin d'être à nouveau présente partout en Europe et dans le monde, la même centrale subversive inidentifiable qui propose et entretient l'équivoque obscène, intolérable, sur l'ancien Chancelier Helmut Kohl, s'attaque aussi à la Deutsche Welle, dans un but de sabotage, d’empêchement et d'une auto-réduction très significativement négationniste de l'expression de la Nouvelle Allemagne à l'extérieur. L'ennemi sans visage n'admet pas que la Nouvelle Allemagne puisse rayonner révolutionnairement, faire entendre à nouveau la voix de son destin, la voix de sa prédestination. La voix de ce qu'elle a à dire de décisif au sein de la plus Grande Europe.

    C'est que la centrale subversive inidentifiable — ou soi-disant telle — actuellement en action au cœur même du pouvoir politique social-démocrate allemand s'est donné pour objectif prioritaire de saboter, d’empêcher par tous les moyens que l'Allemagne ne puisse en aucun cas porter à l'accomplissement ses nouvelles destinées politiques et supra-politiques grand-européennes suivant les lignes de force qu'avaient été établies et mises en action par ses convergences gaullistes au sein du Pôle Carolingien franco-allemand, entité fondamentale, polaire, supra-historique de la fédération impériale grand-continentale européenne à venir. Car c'est bien là que le bât blesse, et tout est là. Indiscutablement. Et c'est aussi ce qui doit dicter notre conduite, l'ensemble de nos initiatives contre-stratégiques, les buts de la totalité de notre propre ligne contre-offensive immédiate ou plus lointaine.

    Un même processus d'émasculation sournoise

    Dans un certain sens, il est aussi extrêmement révélateur que, géopolitiquement, la Deutsche Welle, a décidé d'interrompre ses activités en direction, précisément, du Japon, de la France, de l'Europe de l'Est danubienne et de l'Amérique latine, autrement dit dans les quatre directions fondamentales de l'offensive politico-stratégique impériale de la Nouvelle Allemagne agissant, en étroite relation avec la France, à la pointe la plus avancée de l'Europe grand-continentale. Or l'action de freinage en profondeur, de sabotage et d'empêchement que la centrale subversive inidentifiable actuellement présente et agissante au cœur du pouvoir social-démocrate en place en Allemagne s'étend aussi à d'autres secteurs fondamentaux des structures politiques intérieures de celles-ci, et notamment à l'ensemble des services spéciaux et de renseignement politico-militaire, dont un profond travail de démantèlement est actuellement en cours. Sans parler du train accéléré des réformes politico-sociales, de niveau constitutionnel, qui visent à complètement renverser les structures de base de la société, de la culture, de la civilisation traditionnelle allemandes, train de réformes visant en premier lieu la nouvelle politique de l'immigration qui prépare des lendemains de désastre pour la nation allemande et partant pour l'Europe concernée dans son ensemble (situation, d'ailleurs, tout à fait identique à ce qui se passe actuellement en France, en Grande-Bretagne, en Italie, etc.).

    Or il se fait en même temps que, d'une manière que l'on doit tenir pour fort significative, le même processus d'émasculation sournoise, dissimulée, des services spéciaux de renseignement politico-militaire est en train de découvrir actuellement ses cartes en France aussi, où un mouvement en faveur d'un “contrôle démocratique” de ceux-ci se met séditieusement en place, au moment même où des parlementaires socialistes en mission prétendent déjà que ces services seraient devenus “obsolètes”. La procédure du démantèlement de fait se trouve donc en voie d'installation, et ce qui sera ainsi défait sera très difficile à refaire, voire impossible et, de toutes les façons, trop tard.

    Défaire l'armature des structures intérieures de la France

    Cependant, dans un article capital qu'il vient de publier, sous le titre « Le Parlement et les services secrets », dans Le Monde en date du 29 décembre 1999, l'ancien ministre de la coopération Michel Roussin, qui avait été, aussi, chef de cabinet du Général Alexandre de Marenches à la direction centrale du SDECE, prend formellement le contre-pied de ces initiatives négatives, révisionnistes, à l'égard des services spéciaux de renseignement politico-militaire de la France, en concluant : « La divulgation des actions conduites et de l'identité des acteurs serait le moyen idéal pour neutraliser définitivement les services secrets ». Or c'est bien neutraliser définitivement les services secrets que visent les actuelles manigances de ceux qui s'utilisent à défaire l'armature des structures intérieures de l'intelligence politico-militaires de la France, et cela dans un but de subversion au service du vaste dessein que l'on sait d'assujettissement, d'aliénation et de destitution finale de la Grande Europe en voie d'émergence révolutionnaire. Car c'est en bloquant l'Allemagne, en neutralisant la France, que la conspiration mondialiste compte abattre, empêcher d'accéder à une existence politico-historique propre la Grande Europe qui s'oppose à ses projets de domination planétaire finale. 

    Dans cet état de choses catastrophique, la stratégie de barrage qu'eussent pu contre-opposer, en Allemagne, ne fût-ce que provisoirement et pour le principe, les forces encore debout de la démocratie chrétienne, se trouve neutralisée par le fait que celles-ci ont été complètement retournées, souterrainement gagnées à une politique d'alignement, voire de surenchère “démocratique” face aux positions fondamentalement subversives de la social-démocratie en place. Ainsi que cela s'est laissé assez inconcevablement surprendre à travers la trahison plénière de l'actuel président de la CDU, Wolfgang Schöuble, et de la secrétaire générale de celle-ci, Angela Merkel, qui, loin de se retrancher derrière les positions de l'ancien chancelier Helmut Kohl, se sont aussitôt rangés du côté de la conspiration abjecte et criminelle montée, par l'ennemi intérieur, contre celui-ci. Conspiration abjecte moralement, et criminelle du point de vue — qui seul compte pour nous autres — des intérêts de l'Allemagne et de l'ensemble de l'Europe face à l'encerclement de plus en plus serré auquel nous nous trouvons soumis de la part de la stratégie mondialiste actuellement à son point paroxystique, auquel ne saurait plus succéder que la guerre politique ouverte, à son niveau planétaire final, et la défection de l'un des deux camps en présence. 

    D'ailleurs, partout en Europe, le même phénomène apparaît à la lumière du jour : la social-démocratie au pouvoir au niveau européen a réussi à complètement retourner, à forcer à s'aligner sur ses propres positions tous les partis de la droite démocratique. Et cette situation se vérifiant d'une manière particulièrement dramatique en France aussi, où le parti gaulliste — ou soi-disant tel, le RPR — n'est plus qu'une sorte de formation d'appoint du régime socialiste en place. L'étau semble s'être définitivement refermé sur nous.

    L'Europe en est venue à se faire la guerre à elle-même

    Que la social-démocratie partout au pouvoir en Europe se fût très formellement alignée sur les positions fondamentalement anti-européennes de la conspiration mondialiste en pleine montée, et que cet alignement ait pu aller jusqu'à la situation de limite, suprêmement paradoxale, où l'Europe en fût venue — ainsi qu'on l'a déjà dit — à se faire la guerre à elle-même, dans le Sud-Est du continent, lors de l'intervention politico-militaire de la “Superpuissance Planétaire” des États-Unis, par l'intermédiaire de l'OTAN, contre la Serbie, cela pourrait éventuellement aller de soi, parce que c'est précisément dans les termes mêmes de ce dessein que les services spéciaux politiques des États-Unis se sont utilisés à faire que la social-démocratie en vienne à s'emparer du pouvoir partout en Europe. Mais ce qui, par contre, apparaît comme tout à fait inconcevable, c'est que les formations politiques de la droite nationale européenne aient pu suivre, elles aussi, et sans aucune exception, les exigences de la “Superpuissance Planétaire” des États-Unis dans ses actions politico-militaires contre l'Europe. À l'heure présente, un assez hallucinant renversement intérieur de la situation fait que ce sont les puissances européennes en état de guerre politique totale avec la conspiration mondialiste de la “Superpuissance Planétaire” des États-Unis qui s'empressent — qu'elles fussent de gauche ou de droite — à se ranger du côté de l'attaquant, à assumer inconditionnellement les positions anti-européennes de celui-ci, parfois sous le prétexte aberrant de “l'ingérence humanitaire”, parfois sous celui du “rétablissement de la démocratie”, ce qui est un comble quand on sait que ce “rétablissement” va contre la volonté clairement exprimée par les nations impliquées de force dans ces manigances éhontées de la terreur démocratique en action.

    C'est tout l'ensemble de l'appareil politique démocratique européen qui, consciemment ou inconsciemment, participe actuellement à une entreprise de haute trahison politique continentale, en livrant à la conspiration mondialiste anti-européenne la totalité de ses propres positions politico-stratégiques les plus décisives.

    Aussi la légitimité du pouvoir politique européen n'appartient-elle plus, désormais, qu'aux seules forces national-révolutionnaires grand-européennes en état d'opposition inconditionnelle, totale, face aux régimes de la trahison social-démocrate actuellement au pouvoir à l'intérieur de l'espace politique européen (à l'exception, toutefois, de la Russie et de la Serbie).

    La conspiration mondialiste en est actuellement à son paroxysme

    Une ligne de rupture intime abyssale parcourt donc, de bout en bout, le Grand Continent eurasiatique, du Portugal au Japon : si la totalité du pouvoir politique européen actuellement en place est en réalité tout à fait le contraire de ce qu'il aurait dû être, irrémédiablement assujetti aux positions opérationnelles de la conspiration mondialiste de la “Superpuissance Planétaire” des États-Unis et de ce qui se tient occultement derrière celle-ci, face au renversement suprêmement subversif d'une situation politique d'aliénation intégrale, se tiennent, de l'autre côté de la ligne de rupture décisive, les forces nationales révolutionnaires grand-européennes mobilisées par leur double mission de résistance et de contre-offensive finale. Lesquelles, dans une situation de profonde clandestinité du moment, sont déjà en train de se battre pour gagner les positions de départ de la contre-offensive qui, à terme, devra déloger — sans doute dans les termes d'une sorte de guerre civile grand-continentale — les forces en place de l'aliénation anti-européenne d'une Europe aveuglément, passagèrement prisonnière de la conspiration mondialiste actuellement à son paroxysme. Cette ligne de rupture abyssale qui parcourt à présent le Grand Continent, séparant le pouvoir en place de la haute trahison anti-européenne du pouvoir émergeant des puissances du renouveau révolutionnaire grand-européen, c'est aussi la ligne de la grande libération continentale à venir, la ligne de la reprise impériale finale de la plus Grande Europe à venir. La ligne de la prédestination secrète de celle-ci et de la nouvelle histoire du monde dont elle est porteuse révolutionnairement.

    Ainsi qu'un coup de foudre éclairant la nuit noire fait apparaitre ce qui se tient caché dans les ténèbres, l'intervention politico-militaire de la “Superpuissance Planétaire” des États-Unis dans le Sud-Est du continent européen, en Serbie, a brusquement dévoilé le secret en action de la conspiration mondialiste anti-européenne, ses buts de guerre cachés et son “grand dessein” de l'asservissement final de l'Europe. 

    Que l'on veuille ou que l'on ne veuille pas le reconnaitre, la Grande Europe se trouve aujourd'hui en état de guerre politique totale avec la “Superpuissance Planétaire” des États-Unis, dont les instances opératives de terrain essayent par tous les moyens d'affaiblir, de neutraliser, de destituer les puissances européennes fondatrices, constitutives, de la Grande Europe continentale, impériale, eurasiatique à venir : c'est dans cette dialectique subversivement opérative que s'inscrit donc l'actuelle tentative de liquidation politique de l'ancien chancelier allemand Helmut Kohl et de son grand œuvre de libération européenne anti-communiste, de remettre en cause ce qui avait déjà été fait. Seulement, ainsi que le déclarait Arnold Vaatz, membre du présidium de la CDU, comment pourrait-on ignorer, effacer, combien l'ancien Chancelier Helmut Kohl a marqué de façon décisive l'ordre de l'Europe de l'après-guerre ?

    Nous sommes la minorité agissante alternative

    Bas les masques, donc. Nous savons qui est qui. Aujourd'hui, l'ennemi de tout ce que nous sommes, nous ne savons que trop bien qui il est. Et nous-mêmes, qui sommes-nous ? Le concept de puissance nationale révolutionnaire grand-continentale, par lequel nous nous définissons, ne se doit-il pas d'être élucidé ? Dans l'état actuel des choses, les puissances nationales révolutionnaires représentent avant tout un certain état de conscience quant à leur propre identité supra-historique, et c'est précisément cette prise de conscience supra-historique agissante qui constitue l'acte révolutionnaire fondateur, l'acte de rupture, de détachement et d'élévation abrupte par lequel celles-ci se posent, en le niant, face à l'état de désastre apparemment irrémédiable d'une histoire mondiale arrivée à sa fin, achevée

    Ainsi, c'est dans les souterrains ontologiques d'une clandestinité politico-historique dangereuse et héroïque, éveillée, secrètement suractivée par le feu dévorant de cette prise de conscience libératrice, que les groupes d'action spéciale constituant l'actuelle puissance nationale révolutionnaire grand-continentale élèvent leur barrage d’arrêt, établissent la ligne de front de la résistance impériale européenne anti-mondialiste et préparent la future grande contre-offensive de l'éveil de l'être européen contre les ténèbres rampantes du non-être mondialiste. 

    La conscience nationale révolutionnaire grande européenne, c'est la dernière chance de liberté d'un monde et d'une histoire en train d'être happées par le tourbillon de la puissance des ténèbres, de l'indifférenciation et de la régression au chaos antérieur. Nous sommes une communauté de rappel abyssal de notre propre immémorial retrouvé au feu du combat : c'est à l'avant-garde de la plus grande histoire en marche que s'exerce le pouvoir de décision propre des minorités agissantes. En tant que minorité agissante, nous représentons la marge de rupture ontologique totale de l'histoire en marche, la garantie d'un nouveau recommencement révolutionnaire de l'être actuellement en état de déréliction.

    ► Jean Parvulesco, Nouvelles de Synergies Européennes n°43, 1999.

     


    « Banque mondialeMounier »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :