• Weber

    Max Weber : polythéisme des valeurs et éthique de la responsabilité

    L’homme moderne paie un prix non dérisoire à la modernité : l’impossibilité d’ignorer que lui-même est l’artifice des valeurs en lesquelles il croit.

    Au fur et à mesure que décroit la transcendance, le monde moderne apparaît nietzschéennement “humain, trop humain”.

    « Qu’arrivera-t-il donc à l’homme, sur le plan spirituel, dans un contexte où la conduite de la vie sera toujours plus rationalisée ? ». C’est par cette question que W. Hennis synthétise tout le sens de la recherche de Max Weber, souligne la nécessité actuelle d’une lecture attentive, ouverte sur le présent, de son œuvre. L’essence, les orientations et l’avenir du “monde moderne” sont les thèmes qui accompagnent la condamnation d’une société dans laquelle le progrès technique et l’opulence des moyens mis à disposition pour gérer la vie des individus ne correspondent nullement ni à un niveau éthique élevé et convenable ni à une conscience civique et démocratique plus mûre. Mais, pour Max Weber, qu’est-ce que le “monde moderne” ? C’est le monde de la calculabilité totale, l’émergence d’une réalité rationnellement “calculée” et “calculable”.

    Du désenchantement

    La prémisse du rationalisme occidental moderne se retrouve toute entière dans ce processus d’épuration des Weltanschauungen, où celles-ci sont dépouillées graduellement de tous leurs éléments magiques, anthropomorphiques ou simplement grevés d’un sens. Ce processus est celui du “désenchantement” et il nous vient de loin. Il a commencé par la sortie hors du jardin d’Éden, après laquelle les premières formes de dépassement volontaire des éthiques magiques ont commencé à se manifester. «  Plus le rationalisme refoule la croyance à la magie du monde, plus les processus à l’œuvre dans le monde deviennent “désenchantants” et perdent leur sens magique, se limitent à “être” et à “survenir” au lieu de “signifier”  ».

    Dans un monde dominé et défini par le “calcul rationnel”, il n’y a plus rien à “désenchanter” : la réalité n’est plus qu’un amas de purs mécanismes causaux où rien n’a plus le moindre sens propre ; quant à la position de l’homme, elle devient toute entière “mondaine”, par la laïcisation et la routine des rôles sociaux, où on ne juge plus qu’à l’aune de la compétence bureaucratique et méthodique. Au fur et à mesure où la transcendance décroît, où les principes se réduisent à des habitudes et des méthodes quotidiennes, le monde moderne devient ce que Nietzsche appelait “humain, trop humain”. Le contraste avec les sociétés précédentes, traditionnelles, vient de ce que ces dernières étaient entièrement liées par un puissant symbolisme magique et religieux. Le monde moderne se présente, face à ces sociétés traditionnelles, comme une “rupture qualitative”.

    Mis à part la nostalgie des certitudes perdues, caractéristiques d’une vision du monde non encore frappée par le désenchantement, cet état de choses montre que nos contemporains sont convaincus de l’impossibilité de récupérer le passé et de la nécessité de réaliser pleinement les valeurs que l’époque moderne a affirmées : « La liberté et l’autonomie de la personne. L’individu est responsable de la constitution des valeurs et de leurs significations à travers la rationalisation de son action, c’est-à-dire de sa capacité à se donner une règle et de la suivre, plutôt que d’agir sur base de ses impulsions ».

    Du monothéisme à la rationalisation

    Le primat de la rationalité a permis à l’homme moderne d’atteindre un degré de liberté jamais connu au préalable, auquel il est évidemment possible de renoncer, mais seulement, dit-on, en accomplissant un « sacrifice de l’intellect », comme le font « ceux qui ne sont pas en mesure d’affronter virilement le destin de notre époque » et préfèrent retourner « dans les bras des vieilles églises ».

    Weber n’a pas manqué de souligner combien « le monothéisme traditionnel, introduit dans notre civilisation par le judaïsme et le christianisme, après une préparation au niveau éthique et métaphysique par le platonisme, est entré en crise ». La conception rationalisée de la divinité ferme à l’homme tout accès à la transcendance. Le déclin de la « belle et pleine humanité », induit par l’éthique protestante avec son idée de dévouement professionnel, finit par nous projeter exclusivement en direction de la sphère mondaine, conférant aux puissances matérielles et contingentes de l’économie la prééminence coercitive que nous connaissons. Dans les pages de conclusion de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, l’idée maîtresse de Weber revient à dire que le “manteau subtile” de cette préoccupation pour les biens extérieurs est devenue une “cage d’acier”, dont on ne peut plus échapper. Dans ces pages fondamentales, la modernité finit par apparaître comme une convergence de forces vers un effet unique : la prédominance de la rationalité formelle et désenchantée de l’économie sur tout l’agir humain. La rationalité propre de l’ère moderne et la rationalisation religieuse sont étroitement liées. Se libérer de la magie, donc amorcer le processus de désenchantement, sanctionne la disparition de toute signification transcendante dans le monde, et, pour cela, ouvre toutes grandes les portes aux forces séculières.

    Un polythéisme renouvelé ?

    En outre, si nous prenons acte de cette caractéristique majeure de la modernité, qui est de ne pas pouvoir être reconduit à un principe unificateur, nous voyons que notre vie est en réalité une multiplicité de principes, chacun étant incorporé dans une sphère de valeurs autonomes dotées chacune d’une dynamique propre ; chaque sphère est irréductible à toute autre. Il s’ensuit que la modernité est une cage de cages, où aucune ne peut plus dominer l’autre en lui imposant ses propres principes.

    Si nous examinons ces images dans l’optique de l’individu qui s’y trouve immergé, nous ne pouvons pas ne pas noter comment, à la fin du long cheminement historique et évolutif du “désenchantement” et de la rationalisation, l’individu de la modernité tardive se trouve paradoxalement confronté à un polythéisme renouvelé. « Les dieux antiques, dépouillés de leur fascination et, par suite, réduits au niveau de puissances impersonnelles, se dressent hors de leurs tombeaux, aspirent à dominer nos vies et reprennent leur lutte éternelle. Ils ont simplement changé d’aspect, ils arrivent comme dans le monde antique, encore sous l’enchantement de ses dieux et de ses démons ; comme les Grecs qui sacrifiaient tantôt à Aphrodite tantôt à Apollon, et chacun d’entre eux en particulier aux dieux de leur propre cité, les choses sont encore telles aujourd’hui, mais sans l’enchantement et sans le charme de cette transfiguration plastique, mythique mais intimement vraie ».

    Le problème soulevé par Max Weber et par son analyse du processus de rationalisation demeure absolument actuel. Parler d’un conflit des valeurs signifie nécessairement revenir à une discussion sur les critères régulateurs de l’action dans une société qui ne reconnaît aucune norme ou aucune valeur universelles.

    La rationalisation procède au “désenchantement” de la réalité, mais ne peut annuler le besoin de l’homme de donner une signification au monde lui-même et de faire en sorte que du chaos « de l’infinité privée de sens du devenir » naisse en fin de compte un cosmos caractérisé par l’ordre et la signification. À ce propos, Max Weber nous rappelle renseignement de Platon : « Le fruit de l’arbre de la connaissance, fruit inévitable même s’il est insupportable pour la commodité des hommes, ne consiste en rien d’autre que dans le devoir de considérer que toute action singulière importante et, de ce fait, la vie prise comme un tout, est un enchaînement de décisions ultimes, par l’intermédiaire desquelles l’âme choisit son propre destin — et, en conséquence, le sens de son agir et de son être ». Le conflit-entre les valeurs se révèle ainsi une lutte pour le sens.

    On crée sa propre éthique et on y reste fidèle

    Une fois que tombe la possibilité de se référer à des modèles universellement valables, il reste à l’homme moderne la possibilité de donner une signification à sa propre existence en modulant son action sur des valeurs qu’il a choisies consciemment et qu’il a suivies dans la cohérence. Un modèle éthique de ce type pose évidemment des problèmes dont la résolution n’est pas facile. Mais le remède, dit Weber, doit être recherché dans l’acceptation consciente du défi lancé par la modernité: on s’inspire des principes d’une éthique, à travers laquelle l’individu reconnaît et affirme, face à lui-même, sa propre responsabilité. C’est dans le même esprit que Nietzsche avait écrit : «  Personne ne peut te construire les ponts sur lesquels tu devras traverser le fleuve de la vie, personne en dehors de toi-même  ».

    ► Luigi Becherucci, Nouvelles de Synergies Européennes n°51, 1995.

    (article paru dans Area, été 2000)

    « VeblenAntaios »

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :