• Poutine

    Poutine relance l’idée d’une Union Eurasiatique

    putin10.jpgDans un article publié dans le quotidien Izvestia, Poutine, nouveau candidat au Kremlin, souligne la nécessité de créer un espace économique commun de l’Atlantique au Pacifique

    L’Eurasie, c’est l’avenir, a dit le Premier ministre russe Vladimir Poutine, qui vient de relancer son projet d’une “Union Eurasiatique”, c’est-à-dire d’une union de toutes les anciennes républiques soviétiques en un espace économique unique et commun.

    Il a annoncé ce projet dans un article intitulé « Projet d’intégration pour la nouvelle Eurasie : le futur en train de naître aujourd’hui » et publié dans le quotidien de langue russe Izvestia. Le nouveau candidat à la présidence russe prévoit également, dans cet article, l’entrée possible du Kirghizistan et du Tadjikistan dans l’Union douanière existant déjà entre la Russie, la Biélorussie et la Kazakstan. Cette union recevrait pour nom Communauté économique eurasiatique et prendrait effet dès le 1er janvier prochain : elle se développera graduellement pour devenir un espace économique commun qui abolira toutes les barrières encore en place aujourd’hui. Dans son article, Poutine souligne que la Communauté aura une législation uniformisée et autorisera la libre circulation des citoyens de tous les pays qui en feront partie. Le nouveau candidat au Kremlin explique ensuite en détail quelles seront les perspectives que cette union rendra possibles, et déplore qu’en Occident on la stigmatise déjà comme un retour au passé. Poutine déclare alors que cette interprétation occidentale est « ingénue ». « Nous proposons un modèle d’union supranationale puissante capable de devenir l’un des pôles du monde moderne et de déployer un rôle efficace ». Cette union, ensuite, constituera un pont « entre l’Europe et la dynamique région de l’Asie-Pacifique », le tout en une époque de globalisation accélérée. Depuis le 1er juillet 2011, a rappelé le Premier ministre russe, « tout contrôle a été aboli sur la circulation des marchandises aux frontières intérieures de nos trois pays ». Cette mesure a permis de parachever un système douanier unique, dont les perspectives sont claires et permettront rapidement de réaliser de plus vastes initiatives commerciales. Et, ajoute Poutine, au départ de cette union douanière, « nous ferons un pas en avant vers un espace économique commun ; nous sommes en train de créer un marché colossal, avec plus de 165 millions de consommateurs, avec une législation uniforme et une libre circulation des capitaux, des services et des forces de travail ».

    C’est là un projet, précise Poutine, qui trouve ses racines dans l’actuelle union douanière entre la Russie, la Biélorussie et le Kazakstan : « La création d’une union douanière et d’espaces économiques communs ouvrent la porte à l’émergence, dans l’avenir, d’une union économique eurasiatique ». Grâce à cela, poursuit Poutine, « entrer dans cette Union Eurasiatique apportera des bénéfices économiques mais permettra aussi à tous les pays qui en feront partie, de s’intégrer à l’Europe plus rapidement, en partant d’une position de force ».

    Poutine : « Le parcours pour en arriver à ce point fondamental a commencé il y a 20 ans, lorsque, après l’effondrement de l’Union Soviétique, on a créé la Communauté des États Indépendants. En règle général, nous pouvons dire que nous avions trouvé là un modèle qui a contribué à sauver une myriade de liens spirituels, de liens de civilisation, qui avaient uni nos peuples. Aujourd’hui nous agissons pour sauver la production, l’économie et les autres rapports, sans lequels notre vie serait inconcevable », a conclu le Premier ministre russe.

    Le projet soutenu avec force par Poutine existe déjà dans les faits : il a été amorcé par l’Union douanière entre la Russie, la Biélorussie et la Kazakstan, qui, a affirmé Poutine, sera déjà complètement formalisée en 2012 ; une intégration plus ample verra ensuite le jour un an plus tard, en 2013. Telle qu’elle est conçue par le nouveau candidat au Kremlin, l’Union Eurasiatique est destinée à faire de sérieux bonds en avant à partir du 1er janvier prochain, par la création d’une énorme marché à 3, avec plus de 165 millions d’habitants, où citoyens et entreprises pourront se mouvoir librement pour asseoir la modernisation d’un vaste espace économique capable d’entrer en compétition avec l’UE mais aussi de dialoguer avec le Vieux Continent pour favoriser les échanges commerciaux et le rapprochement, tant sur le plan politique que sur le plan économique.

    ► Andrea Perrone. (article paru dans Rinascita, 5 oct. 2011)

    ◘ Entrées connexes : Eurasie / Axe Paris-Berlin-Moscou / Variations autour du thème Russie / Europe-Russie

    ◘ Quelques réactions :

    ♦ « Poutine 3.0 » (F. Loukianov)

    ♦ « UE : Quand Poutine exploite la crise » (T. Gomart)

    ♦ Sme — Slovaquie | 5 oct. 2011 (eurotopics)

    L'Union eurasiatique irréaliste de Poutine : Le Premier ministre russe Vladimir Poutine a annoncé son intention de fonder une “Union eurasiatique” avec d'anciennes républiques soviétiques. Cette alliance pourrait devenir le maillon politico-économique entre l'UE et l'espace Pacifique, a écrit Poutine dans une tribune au journal moscovite Isvetïa. Pour le quotidien libéral Sme, c'est un projet irréaliste :

    « Pas de doutes, l'aspiration au renouveau de l'ancien Empire est bien ancrée dans l'esprit de Poutine et dans celui de l'élite russe dirigeante, et elle ne disparaîtra jamais. Ce projet n'est toutefois pas réaliste. La Russie, avec une population qui ne cesse de s'appauvrir et une économie qui se dégrade, est entièrement dépendante des prix du marché mondial du pétrole et du gaz et n'a rien de sérieux à offrir à ses voisins. Les ressources financières suffisent juste à rétribuer des politiciens corruptibles et à maintenir en vie une armée toujours en mesure de faire trembler les voisins. On ne peut pas bâtir une alliance transnationale durable et stable à partir d'une telle trame ».

    ♦ N. Sarkozy s’oppose au projet d’Union eurasienne de V. Poutine (S. Maillard, La Croix)

    Attendu vendredi 7 octobre après-midi, à Tbilissi (Géorgie) pour un grand discours place de la Liberté, le président français entend mettre en garde contre toute tentative de résurgence de l’Union soviétique, a appris La Croix de haute source diplomatique. L’actuel Premier ministre russe – et vraisemblable futur président –, V. Poutine, a exposé en début de semaine son projet de création d’une “Union eurasienne”, comprenant la Russie, les anciennes républiques soviétiques de Biélorussie et du Kazakhstan, et ouverte à d’autres pays. Tournée vers l’Occident, la Géorgie, dirigée par le président Saakachvili, cherche, au contraire, à se rapprocher de l’UE et à retrouver ses territoires d’Abkhazie et d’Ossétie du Sud, occupés par des troupes russes. Dans son discours de Tbilissi, N. Sarkozy doit aussi longuement défendre le droit de la Géorgie à son intégrité territoriale. Les habitants de la capitale géorgienne se sont vus offerts un jour férié vendredi 7 octobre afin de pouvoir écouter le président français. Un spot publicitaire, diffusé à la télévision géorgienne, invite la population à se rendre place de la Liberté. Le ministère géorgien de l’intérieur attend 30.000 personnes.

     

    04b84610.gif

    Russie : restauration poutinienne et nouvelles perspectives géopolitiques

    putin11.jpgSi l’on évoque la restauration poutinienne en Russie, après le terrible ressac vécu par l’ancienne superpuissance communiste sous le règne, somme toute assez bref d’Eltsine (1), il convient de le faire correctement : non pas dans le simple but d’énoncer des faits qui concernent un monde différent du nôtre, mais bel et bien dans la perspective de construire une alternative géopolitique solide face aux projets d’assujettissement de l’Europe et du reste du monde, projets que cultive la seule hyperpuissance encore en lice, à savoir les États-Unis.

    Cette perspective géopolitique ne saurait être une construction de l’esprit, toute nouvelle, sans racine. Les relations euro-russes ont au contraire des racines anciennes et l’Axe Paris/Berlin/Moscou que préconisait naguère Henri de Grossouvre est, outre une impérieuse nécessité, le prolongement et la réactualisation d’un projet vieux de près d’un quart de millénaire. La perspective eurasienne, dans notre famille politique malheureusement fort réduite en nombre et en taille, se réfère assez souvent au rêve du national-bolcheviste allemand Ernst Niekisch, qui avait imaginé, dans les années 20 et 30 du XXe siècle, une alliance germano-slave, fondée sur le paysannat et le prolétariat, prête à bousculer un Occident vermoulu, idéologiquement arrêté aux schématismes des Lumières du XVIIIe. Plus fondamentalement, nous percevons, aujourd’hui, après l’inévitable détour par Niekisch, des préludes cohérents à l’Axe de Henri de Grossouvre dans l’Alliance des Trois Empereurs sous Bismarck et sous les tsars germanophiles du XIXe et dans l’alliance de facto qui, dans le dernier quart du XVIIIe, unissait la France de Louis XVI, l’Autriche et la Russie de Catherine II, permettant de battre la thalassocratie anglaise à Yorktown en 1783 et à chasser les Ottomans de la Mer Noire et à les contenir dans les Balkans (2). La Révolution française ruinera cette unité et ces acquis, qui auraient pu faire le salut de l’Europe, en lui permettant de garder sa cohérence et de parachever l’assaut contre les Ottomans.

    1759 : année clef

    Mais déjà avant cette alliance générale, à la veille de 1789, la France, l’Autriche et la Russie avaient uni leurs forces pendant la Guerre de Sept Ans. Un historien anglais actuel vient de démontrer que ce conflit intérieur européen avait permis à l’Angleterre, puissance insulaire située en marge et en face du continent, de jeter les bases réelles de son futur empire extra-européen, à partir de l’année-clef que fut 1759 (3). L’art des historiens anglo-saxons de remettre l’histoire intelligemment en perspective ramène ainsi à notre mémoire vive 2 faits géostratégiques devenus permanents : 1) utiliser une puissance européenne pour déséquilibrer le continent et rompre son unité ; l’instrument de cette stratégie fut à l’époque la Prusse ; 2) profiter des guerres européennes pour porter la guerre hors d’Europe, sur des fronts plus dégarnis et y engranger de solides dividendes territoriaux et stratégiques sans grandes pertes et sans gros frais, comme ce fut le cas au Canada et en Inde, d’où fut évincée la France.

    Lorsque nous analysons aujourd’hui le réveil russe de Poutine, c’est donc dans la perspective de retrouver les alliances stratégiques stabilisatrices d’avant 1789, où les idéologies modernes, belligènes à l’extrême en dépit de leur pacifisme autoproclamé, ne jouaient encore aucun rôle déstabilisateur. Entrons maintenant dans le vif du sujet.

    De Gorbatchev à Eltsine, la Russie semblait galoper tout droit vers le chaos, vers une nouvelle “Smuta”, un nouveau “Temps des Troubles” : perte du glacis est-européen, perte de la périphérie balte et caucasienne, perte des acquis territoriaux en Asie centrale, etc., effondrement de la monnaie et ressac social et démographique sur toute la ligne. Eltsine, figure d’abord positivement médiatisée pour avoir annoncé la fin du communisme, juchée sur un char d’assaut ; en dépit de cette image, il inaugurera toutefois un régime sans aucune colonne vertébrale : les oligarques en profitent pour acquérir personnellement, par toutes sortes de stratagèmes douteux, les richesses du pays. Dans l’industrie pétrolière, ils font augmenter la production de brut grâce à des prêts du FMI, de la Banque mondiale et de la Banque de New York et cèdent à des consortiums pétroliers américains et britanniques des parts importantes dans l’exploitation des hydrocarbures russes. Poutine, dès son accession au pouvoir en janvier 2000, met vite un holà à ces déviances. Immédiatement, puissances anglo-saxonnes, pétroliers, oligarques et idiots de service dans le monde médiatique se mobilisent contre lui et lui déclarent la guerre, une guerre qui sévit toujours aujourd’hui. Terrorisme tchétchène d’Ahmed Zakaïev (avec ses appuis turcs), révolution des roses en Géorgie et révolution orange en Ukraine sont les fruits âcres d’un vaste et sinistre complot destiné à affaiblir la Russie et à défenestrer Poutine. Seul l’ex-oligarque Roman Abramovitch fera amende honorable (4), rendra les biens acquis sous Eltsine à l’État russe, deviendra gouverneur du Kamtchatka pour redonner vie à cette région déshéritée mais hautement stratégique. Il servira également d’intermédiaire entre Poutine et Olmert dans les litiges russo-israéliens.

    Russie : puissance orthodoxe

    Après l’effondrement du communisme et le retour des valeurs religieuses, surtout dans l’aire musulmane, en Afghanistan d’abord, dans l’Asie centrale ex-soviétique ensuite mais dans une moindre mesure, la Russie se trouve déforcée par les décennies de propagande anti-religieuse du système soviétique, qui a mis à mal la vigueur de l’orthodoxie dans les populations slaves et a généralisé une asthénie spirituelle déliquescente, mais n’a pas autant entamé l’islam centre asiatique, qui fut de surcroît revigoré par l’argent saoudien et l’appui américain aux moudjahiddins afghans. Qui plus est, dans les premières années du post-communisme, la vague du matérialisme occidentaliste secoue de fond en comble une Russie déboussolée mais, comme le remède croît toujours en même temps que le péril, le retour à l’orthodoxie d’une partie de la population (60% selon les sondages) redonne partiellement au pays une identité religieuse et politique traditionnelle, dont l’Europe occidentale est depuis longtemps dépourvue. Alexandre Soljénitsyne exhortait le peuple russe à retrouver l’esprit de l’Orthodoxie et le Patriarche Alexis II apporte son soutien à Vladimir Poutine, qui, lui, définissait son pays comme « une puissance orthodoxe », lors de sa visite au Mont Athos en Grèce en septembre 2005. Ce retour à l’orthodoxie ravive un certain anti-occidentalisme, bien lisible dans les déclarations d’un concile d’avril 2006, où l’église orthodoxe russe a promulgué sa propre Déclaration des droits et de la dignité de l’homme, où sont fustigés et l’individualisme occidental et la volonté d’ingérence étrangère cherchant à imposer des droits de l’homme de facture individualiste en Russie et en toutes les autres terres orthodoxes. Le texte ajoute : « Il est des valeurs qui ne sont pas inférieures aux droits de l’homme, tels la foi, la morale, le sacré, la patrie », où le philosophe de l’histoire décèlera un refus de la rupturalité calamiteuse que représente l’idéologie des droits de l’homme de 1789 à la vulgate médiatique actuelle, quand on la manipule avec l’hypocrisie que nous ne connaissons que trop bien. Le 17 mai 2007, les églises russes en situation de diaspora depuis les années 20 se réconcilient avec le Patriarcat de Moscou (5), ce qui rend plus difficile la tâche de monter les options de l’orthodoxie russe les unes contre les autres.

    Ukraine : la révolution orange patine

    L’ingérence occidentale s’effectue essentiellement par le biais des “révolutions colorées” (6), nouveau mode de pratiquer la “guerre indirecte” et de grignoter les franges extérieures de l’ancien empire des tsars et de l’URSS, dont les républiques caucasiennes et l’Ukraine. On sait que la révolution orange fut finalement un fiasco pour ces commanditaires occidentaux ; Victor Iouchtchenko, le Président élu pour son programme pro-occidental, n’a guère fait bouger les choses, ni dans un sens ni dans l’autre, en dépit de sa volonté de faire entrer l’Ukraine dans l’UE et dans l’OTAN. L’icône féminine de l’effervescence orange de 2005, Youlia Timochenko, a basculé dans la corruption et la démagogie la plus plate, sans aucune assise idéologique claire. Ianoukovitch, l’ancien leader pro-russe d’Ukraine orientale, demeure pragmatique : l’Ukraine n’est pas mûre pour l’OTAN et l’UE ne veut pas de Kiev, dit-il. Fin septembre 2007, pour les élections, pas de manifestations dans les rues. Le calme. Les agences occidentales ne paient plus. Pour l’écrivain Andreï Kourkov, les personnages de la révolution orange étaient des marionnettes : le pouvoir demeure aux mains des gestionnaires de l’économie ukrainienne, liée à l’économie russe (7).

    En Géorgie, où l’actuel Président Mikhail Saakachvili avait pris le pouvoir en novembre 2003 à la suite de la révolution des roses, une contre-révolution vient d’éclater, sans leader bien profilé (8), qui déstabilise la créature de l’américanosphère, l’icône masculine des médias téléguidés depuis les États-Unis, hissée en selle il y a quatre ans. En dépit de sa victoire et de la mise au pas de l’Adjarie sécessionniste en mai 2004, Saakachvili n’a pas réussi à dompter une autre province dissidente, l’Ossétie du Sud, arc-boutée à la chaîne du Caucase. Ce territoire d’à peine 75.000 habitants ne compte que 20% de Géorgiens ethniques. Sa population est fidèle à la Russie. En agissant sur le mécontentement populaire face à la politique pro-occidentale (et donc néo-libérale/globaliste) de Saakachvili et sur les spécificités ethniques adjars et ossètes, Poutine a trouvé le moyen de contrer les effets d’une révolution colorée et de forger les armes pour disloquer celles qui, éventuellement, émergeraient demain.

    Octobre 2007 : Sommet de Téhéran

    Autre succès majeur de Poutine : la vaste stratégie pétrolière qu’il a déployée, en Europe et en Asie. Il a réussi à disloquer la cohésion des oligarques (9), à apaiser les dangers de conflit qui existaient entre riverains de la Caspienne. Le sommet de Téhéran en octobre 2007, qui réunissait les dirigeants de la Russie, de l’Iran, du Kazakhstan, de l’Azerbaïdjan et du Turkménistan, avait pour objet de stabiliser la situation sur les rives de la Caspienne et d’y organiser un modus vivendi pour l’exploitation des ressources locales d’hydrocarbures et de gaz. Les accords qui en découlent stipulent, notamment, que les pays riverains, participant à la conférence, ne permettront pas que leurs territoires respectifs servent de base à des puissances hors zone pour agresser un quelconque État co-signataire. Iran compris, cela s’entend (10).

    Dans le contexte actuel, où l’atlantisme appelle une nouvelle fois au carnage et où l’un de ses chiens de Pavlov, en la personne du sarköziste et ex-socialiste Kouchner, joint ses aboiements sinistres au lugubre concert des bellicistes, cette disposition du sommet de Téhéran bloque toute velléité américaine d’ingérence en Asie centrale et préserve le territoire iranien sur son flanc nord, alors que l’Iran est aujourd’hui dangereusement encerclé entre les bases US du Golfe, d’Irak et d’Afghanistan. L’Iran est la pièce centrale, et non encore contrôlée, d’un territoire qui correspond à l’USCENTCOM (lequel s’étend de l’Égypte à l’Ouest au Pakistan à l’Est). Ce territoire, dans la perspective des stratégistes américains inspirés par Zbigniew Brzezinski, doit servir à terme, avec son “Youth Bulge” (son trop-plein démographique et sa natalité en hausse constante, sauf en Iran), de marché de substitution au bénéfice des États-Unis, car l’Asie garde des réflexes autarcistes et l’Europe possède un marché intérieur moins accessible, avec, en plus, une démographie en net recul. Le contrôle de cet espace implique évidemment l’élimination de l’Iran, pièce centrale et aire nodale d’une impérialité régionale plurimillénaire, l’éloignement stratégique de la Russie et son refoulement de tous les territoires conquis depuis Ivan le Terrible, le contrôle de la Mésopotamie et des hauteurs afghanes et la dislocation des cultures masculinistes et, partant, anti-consuméristes, de cette vaste aire, certes islamisée, mais recelant encore beaucoup de vertus et de vigueurs pré-islamiques, tout en demeurant rétive au fanatisme wahhabite.

    “South Stream” et “North Stream”

    Les accords sur la Caspienne auront une implication directe sur l’approvisionnement énergétique de l’Europe. Le système d’oléoducs et de gazoducs “Nabucco”, favorisé par les États-Unis, qui entendaient, par son truchement, diminuer les influences russes et iraniennes sur la distribution d’énergie, se verra compléter par le système dit “South Stream”, qui partira de Novorossisk sur les rives de la Mer Noire pour aboutir aux côtes bulgares (donc sur le territoire de l’UE), d’où il partira vers l’Europe centrale, d’une part, et vers l’Albanie et, de là, vers l’Italie du Sud, d’autre part. L’ENI italienne est partie prenante dans le projet (11). La réalisation de celui-ci, à travers la partie pacifiée des Balkans, ruine automatiquement les manœuvres dilatoires des forces atlantistes en Baltique, où les États-Unis incitent les petites puissances de la “Nouvelle Europe”, chère à Bush, à annihiler le projet d’acheminer le gaz russe vers l’Allemagne au départ de Königsberg/Kaliningrad ou du Golfe de Finlande, impulsé par le Chancelier Schröder à l’époque bénie — mais si brève — de l’Axe Paris-Berlin-Moscou. Le système de gazoducs de la Baltique porte le nom de “North Stream” (12) : son parachèvement est aujourd’hui bloqué par l’opposition de Tallinn à tous travaux le long de la côte estonienne. Ce blocage est dicté en ultime instance par Washington qui excite en sous-main les Pays Baltes et la Pologne contre tous les projets de coopération euro-russe ou germano-russe, restituant ainsi de facto le “Cordon sanitaire” de Lord Curzon et les effets mutilants du Rideau de Fer sur les dynamiques intérieures de l’Europe dans son ensemble. Ce qui a toujours été le but des puissances thalassocratiques.

    La victoire électorale de Poutine en décembre 2007 démontre, outre sa réelle popularité en dépit des campagnes des oligarques et des médias, que les stratégies de “révolutions colorées” ont fait long feu : à celles-ci, Poutine a répondu par une mobilisation citoyenne et patriotique en créant le mouvement Nachi (Les Nôtres) qui a tenu la rue en lieu et place de sycophantes comme Kasparov ou autres écervelés sans intelligence géopolitique ou géostratégique.

    L’Europe ne peut vouloir une Russie déstabilisée et plongée dans le chaos, car, dans ce cas, elle serait automatiquement entraînée, sinon dans un chaos similaire, du moins dans une récession dont elle pourrait bien se passer, vu son déclin démographique, sa relative stagnation économique et les signes avant-coureurs d’une réelle paupérisation dans les classes laborieuses, fruit de près de trente ans de néo-libéralisme.

    Conclusions

    En conclusion, le phénomène Poutine doit nous amener à penser notre destin politique dans les catégories mentales suivantes :

    Ne pas tolérer le poids d’oligarques de toutes natures dans nos sphères politiques, qui aliènent richesses, fonds et capitaux par l’effet de pratiques de délocalisation ; selon le bon vieux principe du primat du politique sur l’économique, que Poutine a réussi à faire triompher ;

    Comprendre enfin la nécessité d’une cohésion religieuse visible et visibilisée (comme le voulait Carl Schmitt), plus difficile à restaurer en Occident vu les dégâts profonds qu’ont commis sur le long terme le protestantisme, le sectarisme diversifié et chaotique qui en est issu et la déliquescence du catholicisme depuis le XIXe siècle et Vatican II ;

    Susciter une vigilance permanente contre les manipulations médiatiques qui ont conduit en France aux événements de mai 68 (pour chasser De Gaulle), aux grèves de 1995 (pour faire fléchir Chirac dans sa politique nucléaire à Mururoa), aux révolutions colorées ; il faut être capable de générer une contre-culture offensive contre ce que les agences d’outre Atlantique tentent de nous faire gober, afin de provoquer par les effets de ce soft power rudement bien rodé des mutations politiques favorables aux États-Unis ;

    Il faut viser une indépendance énergétique grande-continentale, ne permettant pas aux pétroliers américains de contrôler les flux d’hydrocarbures sur la masse continentale eurasienne, au bénéfice de leurs seuls intérêts et au détriment de la cohésion du Vieux Monde ;

    Il faut suivre Poutine dans ses offensives diplomatiques en Asie, surtout en direction de l’Inde et de la Chine ; l’Europe a intérêt à être présente dans le sous-continent indien et en Extrême-Orient, dans une perspective d’harmonisation des intérêts, comme l’avait d’ailleurs déjà préconisé la Chine dans ses réponses aux tentatives occidentales d’ingérence intellectuelle (le soft power, qui bute contre la culture impériale chinoise).

    Les coopérations euro-russes, euro-indiennes et euro-chinoises ouvrent des perspectives autrement plus séduisantes que le sur-place atlantiste, que notre triste macération dans le graillon de la dépendance médiatique et politique, où nous sommes plongés pour notre honte. Tous les peuples de la Terre attendent le réveil de l’Europe. Celle-ci n’est viable que branchée sur l’Eurasie, à commencer par la Russie, comme au temps des grandes alliances, amorcé à l’époque de la Guerre de Sept Ans.

    ► Robert Steuckers (Forest-Flotzenberg, décembre 2007).

    • Notes :

    • (1) Cf. « L’eredità di Eltsin », in Linea, 15 nov. 2007 (article tiré de la revue sud-africaine Impact (Box 2055, Nooserkloof, Jeffreys Bay, 6331, South Africa). 
    • (2) Cf. Victor-L. TAPIE, L’Europe de Marie-Thérèse : Du baroque aux Lumières, Fayard, 1973 ; également, Henri TROYAT, Catherine la Grande, Flammarion, 1977.
    • (3) Frank McLYNN, 1759 : The Year Britain Became Master of the World, Pimlico, London, 2005.
    • (4) Dr. Albrecht ROTHACHER, « Das Schicksal zweier Oligarchen : Beresowskis Kampf gegen Putin aus dem Exil und der Lagerhäfltling Chodorkowski“, in zur Zeit Nr. 42/2007 ; Dr. A. ROTHACHER, „Superreich und willfährig. Oligarch Roman Abramowitsch : Putins Statthalter in Russisch-Fernost“, in zur Zeit Nr. 46/2007.
    • (5) Marie JEGO, « La Fédération de Russie », in : La Vie/Le Monde Hors-Série, L’Atlas des Religions, s.d. (paru en kiosque en nov. 2007). Voir également : Alexandre SOLJENITSYNE, La Russie sous l’avalanche, Fayard, 1998, plus spécialement le chapitre : « L’Église orthodoxe par ce Temps des Troubles », p.  301 et ss.
    • (6) Cf. Le dossier du Temps de Genève, en date du 10 décembre 2004, intitulé „L’internationale secrète qui ébranle les dictatures de l’Est“ ; ce dossier est accompagné d’un entretien avec le stratégiste et théoricien des guerres indirectes, Gene Sharp, intitulé « L’essentiel est de diviser le camp adverse ». Cf. surtout Viatcheslav AVIOUTSKII, Les révolutions de velours, Armand Colin, 2006 (ouvrage capital !).
    • (7) Andrej KURKOW, « Die Last des Siegens », in : Der Spiegel, 39/2007, pp. 138-139.
    • (8) „Überall Feinde“, in : Der Spiegel, 46/2007, p. 121. Cf. Eugen GEORGIEV, „Angespannte Lage in Südossetien“, in : Aula, Okt. 2007.
    • (9) www.barnesreview.org / Un texte issu de ce site a été traduit en italien. Il s’agit de : «Vladimir Putin : le sue riforme e la sua tribu di nemici / Il sostegno atlantico agli oligarchi russi”, in Linea, 28 nov. 2007.
    • (10) Fulvia NOVELLINO, “Il vertice di Teheran per il petrolio del Mar Caspio”, in Linea, 19 oct. 2007.
    • (11) Filippo GHIRA, “South Stream pronto nel 2013”, in Linea, 23 nov. 2007.
    • (12) Andrea PERRONE, “L’Estonia sfida la Russia sulla condotta North Stream”, in Linea, 18 oct. 2007. Rappelons toutefois que le projet d’un oléoduc (ou gazoduc) vers l’Allemagne et la Pologne n’est pas une idée neuve. En décembre 1959, Soviétiques, Polonais et Est-Allemands signent un accord à Moscou pour la construction de la « branche nord de l’oléoduc de l’amitié ». Le “North Stream”, dont question ici, n’en est que la réactualisation, dans un contexte qui n’est plus marqué par la guerre froide. 

     

    http://i66.servimg.com/u/f66/11/16/57/47/f1720c10.gif

     

    Vladimir Poutine et l'Empire eurasiatique de la Fin

    Poutine

     

    Que l'on en soit réellement conscients ou pas, nous nous trouvons à présent sur la ligne du partage des eaux de la “grande histoire”, soudain proche de son terme : quelque chose y prend fin définitivement, et quelque chose d'autre va bientôt s'y passer, abyssalement, quelque chose d'absolument nouveau.

    La terreur sournoise et dégradante exercée, à l'échelle planétaire, par la subversion suractivée de la conspiration mondialiste qu'arme, justifie et n'en finit plus d'imposer sa doctrine du “politiquement correct” soi-disant démocratique, atteint, à l'heure présente, les ultimes limites de l'insupportable, du cauchemar permanent et total. Arrivant, ainsi, en ces extrémités, à ce paroxysme final de l'affirmation active, des impositions subversives et totalitaires de la conspiration mondialiste en place et de sa terreur démocratique incapacitante, l'histoire mondiale semble s'être momentanément arrêtée dans sa marche, comme auto-immobilisée dans l'attente de l'instant fatal où il lui faudra basculer, inéluctablement, dans un état absolument contraire à celui de son actuel blocage négatif total, changer entièrement de sens.

    Car une nouvelle forme spécifique de changement est à présent apparue dans le devenir visible de l'histoire mondiale, une nouvelle forme ontologique d'action directe dans le cours immédiat de l'histoire, qui implique et décide, à terme, quand l'heure en vient, l'auto-destitution aussi totale qu'instantanée, sans la moindre intervention extérieure, de toute situation de pouvoir fondamentalement constituée, s'affirmant politiquement et fût-elle apparemment inexpugnable en ses assises du moment : ce qui semblait ainsi devoir durer indéfiniment, disparaîtra alors d'une mystérieuse manière soudaine, sans laisser de trace, effacé à jamais du courant de l'histoire ; comme si rien il n'y avait eu.

    Comprendre ce qui fait avancer l'histoire par en-dessous !

    C'est que, lors de ses grands changements, lors de ses grands tournants décisifs, imprévisibles, soudains, l'histoire se trouve forcée de muer, de se transformer de par le mystère même de ses propres profondeurs irrationnelles, mystère en action que seules mènent, depuis l'invisible, les décisions révolutionnaires occultes de la Divine Providence toujours là, toujours dissimulée derrière les événements immédiatement visibles. Comprendre l'histoire dans sa marche, ce n'est pas en pénétrer les raisons objectives, qui ne sont jamais que des apparences arrangées, mais ne pas méconnaître l'identité abyssale de ce qui la mène et fait avancer vraiment, par en-dessous, suivant un dessein providentiellement conçu et conduit d'en dehors des temps.

    Ainsi en avait-il été de la fin abrupte du communisme soviétique et de l'ensemble de ses conspirations subversives de dimensions planétaires : sans la moindre intervention visible venant de l'extérieur de ce qui était en train de se passer au moment décisif, sans absolument aucune raison objective, à l'heure prévue — et que personne n'attendait, parce qu'il s'agissait d'une heure occulte, supra-historique — il s'en était produit comme un brusque effondrement total, de l'intérieur de celui-ci, comme un soudain éclair noir, annulant tout, et la plus grande puissance politico-militaire du monde a cessé d'exister, s'est trouvée comme aspirée par le néant qu'elle portait secrètement en elle, instantanément. Et tout à fait définitivement, sans trêve ni recours. L'histoire démocratique de l'Europe est morte

    Or cette même nouvelle structure ontologique d'auto-destitution instantanée, mystérieuse dans ses apparences, vient également de frapper l'ensemble de l'actuelle situation politique européenne. Disparues, dans le néant de leur propre auto-destitution, les toutes-puissantes démocraties chrétiennes italienne et allemande, tout comme semble s'être évanoui le grand rêve impérial européen du “gaullisme de la fin” et, en France aussi, le vaste mouvement de mobilisation populaire qu'avait mis en place le Front National, ainsi que le Parti Communiste lui-même, éclaté, de l'intérieur, en des morceaux disparates. Alors que, sous les apparences mêmes de leur pouvoir, à l'heure présente inconditionnellement encore en place — en France, en Allemagne, en Italie — la social-démocratie, sous-traitance locale de la conspiration mondialiste, installée partout en Europe, ainsi qu'en Grande Bretagne, se trouve malgré tout, elle-même, désormais, à la merci du brusque mouvement sismique des profondeurs qui va la renvoyer, d'un moment à l'autre, à son trou noir d'origine. Ainsi, de Bucarest à Lisbonne, un immense désert vide, calciné, morne, immobile, “suintant des maléfices secrets, imprévisibles”, s'étend au comble de la désolation, au comble de l'impuissance. L'histoire démocratique de l'Europe est morte, qui est en train de devenir sa propre fosse commune.

    Or c'est bien au-dessus de cette fosse commune déliquescente que va devoir se lever, bientôt, et de quelle manière inattendue, l'immense tourbillon de feu de l'entreprise révolutionnaire grand-européenne de salut et de libération visant à mettre en piste, politiquement et historiquement, ce qu'il est déjà convenu d'appeler l'Empire Eurasiatique de la Fin.

    Car, si, désormais, en ces temps d'interrègne, sans heure ni espérance ni plus aucune attente légitime, quand l'évidence de l'abdication politique de l'Europe fait fonction d'un champ d'épandage final, seule risque encore d'avoir cours, précisément, l'ontologie de l'auto-destitution instantanée de cet ensemble politique en situation terminale — ainsi que cela s'était déjà vu avec l'auto-destitution politique de l'Union Soviétique, ou avec le mystérieux évanouissement sur place des démocratie chrétiennes européennes — il n'est pas moins certain que le mouvement dialectiquement contraire, celui d'une ontologie de renversement total et de reconstitution abyssale, d'une soudaine remontée paroxystique de l’Être originel, d'une émergence de renversement absolu et de recommencement absolu d'une situation apparemment fermée sans recours puisse également avoir lieu, à tout instant. Et tout faire basculer, d'un seul coup.

    Un prochain basculement

    Aujourd'hui, partout, dans l'espace intérieur propre de la plus Grande Europe, de l'Europe en tant qu'avant-garde révolutionnaire du Grand Continent Eurasiatique, le feu du retour à l'être, du redressement politique révolutionnaire de l'ensemble du continent couve souterrainement, se maintient envers et contre tout clandestinement disponible dans l'attente de cette “émergence de renversement absolu et de recommencement absolu” qui doit marquer le prochain basculement de l'actuelle situation politique européenne en son propre contraire. Cela, c'est bien la dialectique agissante de la nouvelle forme d'intervention ontologique dans l'histoire qui l'exige, à travers son double commandement de l'auto-destitution du passé, des formes condamnées et déjà révolues, et de la mobilisation abyssale de ce qui, soudain, sera appelé à donner son nouveau visage à l'avenir déjà, secrètement, en marche.

    Du projet océanique fondamental de l'Amiral Gorchkov

    En conclusion à un travail de recherche politico-révolutionnaire que je faisais paraître, en 1976, sous le titre de La ligne géopolitique de l'URSS et le “projet océanique fondamental” de l'Amiral G. S. Gorchkov, j'avais placé, prophétiquement  — à présent je m'en rends compte — les lignes suivantes, dont l'actualité me paraît tout à fait saisissante, plus que jamais immédiatement opératoire :

    « C'est sous le jour de cette conception intériorisante de l'histoire qu'il faudra savoir — savoir d'avance, tout est là — qui, en Union Soviétique, finira par l'emporter, à l'heure voulue, sur l'autre camp, implacablement, pour s'engager aussitôt à changer — dans un sens ou dans l'autre — la direction et jusqu'à la face même de l'histoire du monde. Aujourd'hui comme hier, tel est le but unique : changer la face du monde. Cependant, dans la perspective du but unique, lequel des deux camps l'emportera sur l'autre ? Celui qui saura laisser apparaître, en son sein, la volonté de destin de l'homme providentiel, qui sera, aussi, l'homme de la dernière bataille. Quand viendra-t-il, celui-là ? Inéluctablement, à l'heure prévue ».

    Or c'est très précisément l'apparition — l'avènement — de ce que j'appelais, alors, “l’homme providentiel” que, aujourd'hui que les temps sont prêts, va devoir provoquer le basculement final de l'actualité politique européenne immédiate dans le sens de son retour révolutionnaire à l’Être, fournir — au-delà de l'actuel désastre de celle-ci — sa forme ontologique décisive à un autre recommencement total de l'histoire et de la conscience politique européennes, de leurs structures d'affirmation et de présence agissante propres, renouvelées depuis leurs profondeurs originelles retrouvées.

    Car c'est un fait : la déflagration révolutionnaire finale est à présent prête à éclater. Partout en Europe, des “groupes géopolitiques” de conscience et d'intervention politique clandestine impériale grand-européenne, agissant déjà sur des dimensions continentales eurasiatiques, se trouvent à l'affût de l'imminent changement de l'histoire proche de sa fin, changement qui est en train de s'amorcer souterrainement et dont ces “groupes géopolitiques” mobilisés sur place constituent la masse explosive, à laquelle l'apparition de “l’homme providentiel”, du nouveau “concept absolu” de l'histoire arrivant à son point critique suprême, apportera le détonateur prédestiné.

    La définition idéologico-doctrinale de ce changement annoncé, on peut la trouver, exhaustivement arrêtée, dans un récent document émanant d'une des centrales opérationnelles à l’œuvre, à demi-clandestinement, de ce vaste mouvement politique souterrain, dont celle-ci représente une des actuelles instances décisives d'affirmation révolutionnaire immédiate. De cette définition idéologico-doctrinale, en voici donc, ci-dessous, le document faisant état de son projet opérationnel de base, document connu plus ou moins confidentiellement sous le titre de “Pacte Impérial Eurasiatique”. Je cite, textuellement.

    Un document fondationnel : “Le Pacte Impérial Eurasiatique”

    C'est de la confrontation de nos doctrines impériales et catholiques avec la réalité politico-historique actuelle, directe, à laquelle celles-ci s'adressent révolutionnairement, qu'il va en résulter, dialectiquement, l'émergence finale du Grand Empire catholique constituant notre objectif ultime, l'Imperium Ultimum, du Regnum Sanctum, qui devra comporter, en principe, trois stades opérationnels, trois étapes édificationnelles prévues.

    Le premier de ces trois stades opérationnels, celui de l'acte même de la mise en piste du projet impérial final, concernera la création de l'axe Paris-Berlin-Moscou, pôle européen grand-continental impérial à venir. Ne devant pas comporter d'intégration politique à proprement parler de la France, de l'Allemagne et de la Russie, l'axe Paris-Berlin-Moscou n'aura qu'une première fonction de mise en convergence définitive et totale de la communion de destin — de la prédestination — des trois pays du pôle fondationnel grand-continental mobilisés en avant par une même vision impériale irrévocable, par la décision du Pacte Fondamental.

    Le deuxième des trois stades opérationnels de l'IMPERIUM ULTIMUM vers la réalisation effective de l'Empire Eurasiatique de la Fin, constitué par l'intégration politico-historique totale de l'Europe de l'Ouest et de l'Est, de la Russie et de la Grande-Sibérie, de l'Inde et du Japon. 

    Une deuxième Guerre de Sécession

    Quant au troisième stade opérationnel de l'édification révolutionnaire impériale catholique de ce monde et de son histoire finale, il devra inclure, aussi, après la réduction définitive de la conspiration démocratique mondialiste menée par la “Superpuissance Planétaire des États-Unis” et la libération révolutionnaire de celle-ci, la double instance géopolitique intégrée des deux Amériques, l'Amérique du Sud et l'Amérique du Nord. Le troisième stade impérial de l'histoire finale du monde sera celui de l'apparition de l'Archipel Planétaire unifié, entité suprahistorique, transcendantale, placée sous la lumière révélatrice, parousiale, du REGNUM SANCTUM. 

    Aussi la conspiration mondialiste de la Superpuissance Planétaire des États-Unis devra-t-elle prendre fin en s’auto-détruisant elle-même, dans les termes d'une guerre civile continentale qui sera la répétition à rebours de la Guerre de Sécession américaine, de son propre acte fondationnel des origines (1861-1865). 

    Lors de cette seconde Guerre de Sécession, ce sera la majorité nationale oppressée de la Superpuissance Planétaire des États-Unis, sa majorité “sudiste”, traditionnelle et spiritualiste, catholique, d'héritage européen en continuité, qui va devoir l'emporter, irréversiblement, sur la partie “nordiste”, anti-traditionnelle, gauchiste et matérialiste du continent nord-américain. 

    Et ce sera la mission prédestinée de l'Amérique du Sud qui, entre temps, sous l'impulsion révolutionnaire de l'Argentine et du Chili, aura déjà su faire, accomplir sa propre intégration continentale, que de soutenir, politiquement et stratégiquement, l'effort de la majorité nationale, “sudiste”, des États-Unis dans son entreprise de nettoyage révolutionnaire final du continent nord-américain lors de la deuxième Guerre de Sécession. 

    Et c'est ainsi qu'à la fin de l'histoire actuelle de ce monde et au-delà de celle-ci, l'Archipel Planétaire dans sa totalité géopolitiquement intégrale va se trouver identifié, d'une manière transcendantale, supra-historique, avec le concept agissant du Grand Empire Catholique de la Fin, avec le Regnum Sanctum. C'est en cela aussi que nous reconnaissons, et affirmons tout haut, la mission, la prédestination révolutionnaire transcendantale de notre propre génération choisie pour qu'elle prenne sur elle d'accomplir le changement apocalyptique de ce monde, suivant un dessein conçu dans l'invisible.

    Le “signe du départ” : l'apparition d'un nouveau “concept absolu”, d'un nouvel “homme providentiel”

    Ce sont donc les “groupes géopolitiques” de l'ensemble révolutionnaire grand-européen en situation souterraine qui constituent, à l'heure présente, le dispositif d'émergence, déjà en place, du futur mouvement de basculement sismique, du futur renversement ontologique du sens de l'histoire actuelle à son terme final. Renversement qui marquera le nouveau recommencement révolutionnaire de la nouvelle histoire mondiale s'apprêtant à faire sa soudaine apparition. Laquelle, pour apparaître, n'attend plus que le “signal du départ” de son nouveau destin, l'évènement fondamental qui sera celui de l'avènement-là du “concept absolu”, de “l’homme providentiel”, dans lequel il lui est demandé de s'incarner pour qu'elle puisse agir au niveau de l'histoire visible, encristalliser brusquement, en polariser suractivement sa nouvelle identité révolutionnaire à venir, ou plutôt qui est déjà en train de nous en venir.

    Or, avec l'accession de Vladimir Poutine à la magistrature politique suprême de la “Nouvelle Russie”, le “concept absolu” de la nouvelle histoire mondiale déjà souterrainement en cours, “l’homme providentiel” du recommencement abyssal de celle-ci, vient assez mystérieusement d'apparaître à la lumière du jour, et faire de par cela même que tout se jette, brusquement, en avant vers cette Totale Weltrevolution dont secrètement nous attendions tous, et depuis si longtemps, la venue définitive, “l’affirmation polaire de la fin”.

    Poutine : émanation des conseils secrets des Forces Armées ?

    Mais qui est, en fait, Vladimir Poutine ? Vladimir Poutine, c'est avant tout et très essentiellement l'émanation directe des conseils secrets révolutionnaires permanents des Forces Armées de l'Union Soviétique, qui se cherchaient, et qui guettaient l'occasion de faire surface, de franchir la ligne du passage à l'histoire visible, active, depuis déjà les années 1948-1952, quand il y avait eu les premières manifestations de taille de leur action, de leur présence combattante, de leur volonté d'affirmation politique propre, non pas contre l’État Soviétique, mais confidentiellement au sein même des structures de pouvoir propres de celui-ci. C'est depuis lors que l'on a pu parler d'une doctrine national-révolutionnaire immanente des Forces Armées de l'Union Soviétique, doctrine qui est allée en se précisant d'une manière de plus en plus décisive à partir des années soixante, et dont les thèses géopolitiques de base se sont trouvées confidentiellement soutenues par L. I. Brejnev et, par la suite, ouvertement  — ou presque — par Y. V. Andropov.

    Chtemenko et Ogarkov

    Deux personnalités militaires de tout premier plan passent pour avoir été, et restent encore des représentants emblématiques de pointe de la doctrine politico-militaire immanente des Forces Armées Soviétiques, doctrine globale, à demi-clandestine, ou plutôt implicite, mais, dans son temps, de plus en plus active et suractivante là où elle parvenait à agir, et qui, aujourd'hui, est en passe de devenir, effectivement, et tout à fait à découvert cette fois-ci, la doctrine géopolitique officielle de la “Nouvelle Russie”. Ces deux personnalités militaires soviétiques, sont l'ancien chef du GRU et, par la suite, de l’État-major Général des Forces Armées de l'URSS, ainsi que ultérieurement, commandant en chef des forces du Pacte de Varsovie, le Général-Colonel S. M. Chtemenko, et le Maréchal N. V. Ogarkov qui, lui aussi, tout comme le Général-Colonel S. M. Chtemenko, devait accéder, quelques années après, à la tête de l’État-major Général des Forces Armées soviétiques. C'est en tant que chef de l’État-major Général des Forces Armées de l'URSS que le maréchal N. V. Ogarkov avait tenté, et failli même réussir, une prise de contrôle totale de la direction politique de l'URSS par les Forces Armées, ayant finalement échoué à cause de la contre-conspiration rivale, qui allait amener au pouvoir, à travers le secrétariat général du Parti Communiste, Mikhaïl Gorbatchev, pour aboutir, en dernière instance, à l'auto-destitution politique irréversible de l'ancienne Union Soviétique.

    Dans son livre capital, qui avait définitivement compté pour toute une génération de chercheurs, GRU, le plus secret des services soviétiques, 1918-1988 (Stock, Paris, 1988), Pierre de Villemarest appelait le général-colonel S. M. Chtemenko « un des premiers géopoliticiens de l'URSS, peut-être même le premier de tous ». Aussi, sur le général-colonel S. M. Chtemenko, Pierre de Villemarest écrira-t-il que celui-ci « appartient à un clan d'officiers supérieurs, certainement “soviétiques”, mais avant tout grand-russiens d'esprit, et parfaitement expansionnistes ». Et aussi : « Pour cette caste, l'URSS est un empire appelé à dominer le continent eurasiatique, non seulement de l'Oural à Brest, mais de l'Oural à la Mongolie, de la Centre-Asie à la Méditerranée ». Et ensuite : « Sur ce dernier point, Chtemenko est en effet l'homme qui a proprement inventé, de 1948 à 1952, non l'invasion éventuelle de l'Afghanistan, mais son absorption lente par interpénétration économique continue, avec subversion assortie. Et, parallèlement, l'irruption de l'URSS dans les capitales arabes, à Beyrouth, Damas, Le Caire, Alger. Fin 1948, il exposait déjà qu'à l'intersection de l'Orient et de l'Asie, l'Afghanistan offrait le moyen stratégique de couvrir les flottes que commençait à développer l'amiral Serge Gorchkov — un de ses amis personnels — pour déboucher de la Mer Noire en Méditerranée ». La puissance visionnaire de la géopolitique d'avant-garde du général-colonel S. M. Chtemenko nourrit, encore aujourd'hui, la démarche active des positions géopolitiques armant les bases idéologiques révolutionnaires de la “Nouvelle Russie” dont Vladimir Poutine incarne et assume les destinées, le projet impérial grand-continental eurasiatique et la mission eschatologique finale.

    En allant donc à l'essentiel, on peut effectivement avancer que, par dessus l'état de fait du régime soviétique en place, et néanmoins de l'intérieur même de celui-ci, la doctrine politico-militaire immanente des Forces Armées de l'URSS comportait une double perspective opérationnelle intérieure, à la fois géopolitique et transcendantale. Sa doctrine géopolitique comprenait le projet fondamental d'une intégration politique finale, “totale”, “impériale”, du grand continent eurasiatique dans son ensemble, alors que sa doctrine transcendantale ne faisait que reprendre, renouveler les grands objectifs supra-historiques du tsarisme et d'une certaine conception visionnaire eschatologique, “polaire”, de la prédestination spirituelle salvatrice finale, “apocalyptique”, de la plus Grande Russie.

    Militarisation intégrale et mobilisation générale permanente

    Ainsi, quand, vers la fin des années soixante, le maréchal N. V. Ogarkov, alors chef de l’État-major Général de l'URSS, lançait l'appel — et tentait d'en imposer la doctrine — de la « militarisation intégrale » et de la « mobilisation générale et permanente » de l'appareil de production industrielle et de l'économie soviétique dans son ensemble, le tout petit nombre de ceux que l'on dit “au courant des choses qu'il ne faut surtout pas savoir” — “tout petit groupe” présent, et confidentiellement à l’œuvre en URSS aussi bien qu'en Europe de l'Est, ou en Europe de l'Ouest — n'avait pas manqué de comprendre que “l’Ordre Secret” s'apprêtait à passer à l'offensive finale, décisive, “l’Ordre Secret” de la grande conspiration immanente des Forces Armées soviétiques en place, agissant au cœur même du pouvoir soviétique, qu'elles comptaient changer de l'intérieur. D'où, alors, presque sur le coup même, le limogeage du maréchal N. V. Ogarkov, rentré provisoirement — mais ne faut-il pas plutôt dire subversivement — dans l'ombre, en attendant la suite. Car l'heure, il faudrait bien le croire, n'en était pas encore tout à fait venue de cette “offensive finale” ni, surtout, de ce que celle-ci eût impliqué et, du coup, rendu irréversible sur le plan encore non entamé des grandes stratégies politico-militaires soviétiques renouvelées par la reprise à découvert de la ligne grand-continentale eurasiatique.

    Or, si tout cela n'avait pas pu se faire à ce moment-là, c'est très certainement à présent que cela va devoir se faire, à travers tout ce que signifie la prise du pouvoir, à Moscou, par Vladimir Poutine et le grand renversement révolutionnaire que celle-ci implique depuis les profondeurs.

    Retrouver les principes suractivants de l'Empire russe

    Cette évidence est fondamentale pour ce qui est là, réellement, en jeu : la thèse immédiatement opérationnelle de la mobilisation totale, de la “mobilisation révolutionnaire” des structures politico-administratives, sociales et culturelles, voire religieuses de la Russie en vue d'un “grand dessein” supra-historique, constituait le noyau central de la doctrine révolutionnaire immanente des Forces Armées russes d'hier et d'aujourd'hui, retrouvant ainsi les principes suractivants de l'Empire Russe des origines, suivant son identité missionnaire, “romaine, impériale”, de ses premiers débuts en armes, suivant son “identité abyssale, occulte”, “polaire”.

    Or c'est bien de cette vision politico-historique visionnaire et de ses grandes thèses opérationnelles géopolitique et transcendantales que Vladimir Poutine est, lui, aujourd'hui, l'héritier, le porteur direct, “l'homme providentiel” appelé à une tâche prédestinée, qu'il lui appartiendra de mener jusqu'au bout.

    Et c'est bien dans la lumière révolutionnaire de cette vision qu'il s'agit à présent de situer le véritable sens, tout le sens des récentes déclarations de Vladimir Poutine concernant la mission prédestinée des Forces Armées russes dans le travail de redressement et de salut révolutionnaire de la Russie et partant de l'ensemble du grand continent eurasiatique en tant qu'Empire Eurasiatique de la Fin que lui, Vladimir Poutine, se sait tenu d'assumer, d'une manière inspirée, et sans plus tarder. Car les portes du destin se sont refermées sur lui, et il faudra qu'il fasse ce qu'il incombe désormais de faire. Sans la moindre hésitation.  

    L'ombre protectrice des Forces Armées

    En effet, Vladimir Poutine, le “De Gaulle russe”, déclarait récemment que le redressement de la société russe, “actuellement au bord de l'abîme”, passe, pour lui, par une réorganisation générale, en profondeur, du pays dans son ensemble, axée sur la priorité d'urgence accordée aux Forces Armées et à leur modèle d'agencement et de fonctionnement structurel, qui doivent devenir l'ossature organisationnelle du renouveau révolutionnaire de la “Nouvelle Russie”, le noyau agissant de la naissance même des “temps nouveaux”, l'expression des “temps nouveaux” étant en passe d'apparaître comme une rengaine obsessionnelle des bouleversements en cours ou à venir, le nouveau mot de passe. Et cela à telle enseigne que la future reprise industrielle de la Russie devra se trouver soutenue, dans un premier temps, sur l'exploitation suivie, intensive, du fonds des “technologies spéciales d'avant-garde” dont disposeraient actuellement les Forces Armées.

    Induire une conception hautaine et “romaine” de l’État

    Ainsi l'ombre protectrice de celles-ci s'étend-elle à nouveau sur l'ensemble de la société russe : les “nouveaux temps” de Vladimir Poutine viennent de ramener l'obligation formelle de la préparation militaire à l'école, et celle-ci suivie de près par les nominations en masse de militaires aux postes-clefs, aux postes stratégiques du renouvellement, de la réorganisation de la situation politico-administrative, sociale, économique et industrielle de la Russie ainsi poussée vers l'ère des changements accélérés, vers son abrupte “normalisation”. Reconstituer l’État, refaire et imposer une continuité, une volonté, une conception hautaine, “romaine” de l’État, tel semblerait être le but principal et immédiat de Vladimir Poutine, qui, par ailleurs, entretient le culte du secret, du non-dévoilement de ses plans d'action (culte du secret révélateur d'une ancienne habitude impériale russe, reprise en continuité par le pouvoir soviétique).

    D'autre part, on n'ignore pas l'influence directe et profonde exercée, sur les milieux proches du groupe de commandement politico-militaire personnel de Vladimir Poutine, par le “manuel de géopolitique” impériale grand-européenne, eurasiatique et “transcendantale”, “polaire”, d'Alexandre Douguine, conseiller politique du Président de l'Assemblée Nationale de la Russie, chargé plus particulièrement de la direction active de la “cellule géopolitique” de celle-ci, entité responsable de la définition des grandes lignes de force géopolitiques actuelles et à venir de cette “Russie naissante” dont Vladimir Poutine entend forger les nouvelles destinées révolutionnaires.

    Aussi l'importance qu'Alexandre Douguine et ses conceptions géopolitiques impériales eurasiatiques sont en train de gagner actuellement auprès du groupe de commandement politico-militaire de Vladimir Poutine apparaît-elle comme extrêmement significative, lourde de promesses d'avenir, parce que la pensée de notre camarade Alexandre Douguine est celle, précisément, de l'ensemble de nos “groupes géopolitiques” actuellement en action, les positions de combat et les thèses opérationnelles d'Alexandre Douguine sont les mêmes que celles avancées par le “Pacte Impérial Eurasiatique” cité déjà dans le courant du présent article. Là, une boucle est bouclée, qui va profondément marquer les futures destinées politico-spirituelles du continent eurasiatique, et plus particulièrement de la plus Grande Europe.

    Les anciennes républiques musulmanes d'URSS : une chaîne d'instabilité sur laquelle il ne faut pas céder

    Il est d'autre part certain que si Vladimir Poutine a choisi d'axer sa propre prise de pouvoir politique sur le problème d'un règlement intégral et définitif du conflit de Tchéchénie, il avait parfaitement compris que, céder en Tchéchénie, ce serait devoir céder, ultérieurement, sur toute la ligne face au permanent complot suscité par la conspiration mondialiste, à travers la Turquie et derrière les manigances de l'islamisme fondamentaliste, sur le flanc méridional du continent eurasiatique, tout le long de la chaîne d'instabilité des républiques islamistes de l'ancienne Union Soviétique. Dans mon for intérieur, j'ai décidé que ma mission, que ma mission historique consisterait à régler le problème du Caucase-Nord, affirmait Vladimir Poutine dans un entretien avec la revue Kommersant de Moscou.

    Or, si, comme il n'arrête pas de le dire, pour Vladimir Poutine, la guerre de Tchéchénie, guerre de déstabilisation et d'infiltration aux objectifs essentiellement subversifs, représente la ligne d'opposition de l'Islam et de la Chrétienté, il ne pouvait pas non plus ne pas comprendre, aussi, que, dans une guerre de religions, il s'agit de la confrontation irréductible de deux religions qui ne saurait prendre fin que par l'abdication de l'une devant l'autre de ces religions, et par conséquent d'une guerre totale.

    Mais ce n'est certes pas là seulement la raison pour laquelle Vladimir Poutine ne cesse d'accentuer la nécessité de l'intégration à part entière de l'orthodoxie dans le bloc actuel du patrimoine révolutionnaire de la “Nouvelle Russie” : il sait en même temps qu'il n'y a pas d'Empire sans une religion d'Empire, que l'acte fondationnel de la création — ou du renouvellement — d'un Empire ne saurait être que d'une nature exclusivement religieuse. Et que la grande mission eschatologique finale de la “Nouvelle Russie” se doit d'être, en dernière analyse, une mission religieuse.

    Dans l'entretien déjà cité avec la revue Kommersant, Vladimir Poutine déclarait, aussi, que, quelques années après la mort de sa mère, qui l'avait fait baptiser clandestinement dans la religion orthodoxe, celle-ci lui avait donné sa croix de baptême, pour que, lors d'un voyage qu'il lui avait fallu faire en Israël, il la fasse bénir « sur le tombeau du Christ ». Et, ajoute-t-il, « pour ne pas la perdre, je l'ai mise autour de mon cou. Et, depuis, je l'y ai gardée ».

    De toutes les façons, la “Russie Nouvelle” doit absolument se souvenir, sans cesse, qu'elle doit le miracle inconcevable de sa brusque libération du communisme, “comme par enchantement”, au fait que, en communion avec tous les Évêques du monde, le Pape Jean Paul II avait consacré la Russie au Cœur Immaculé de Marie, suivant le vœu et la promesse sous condition qu'avaient prononcés la Vierge Marie lors de son apparition à Fatima, au Portugal, en 1917, l'année même où la Russie sombrait dans le cauchemar halluciné, dans le cauchemar sanglant et sombre de soixante-dix années de terreur communiste.

    Mais il y a plus. Suivant la prophétie de Saint Maximilien Kolbe, le martyr de la charité d'Auschwitz, pour que la “Nouvelle Russie” puisse être vraiment au rendez-vous de ses retrouvailles prévues avec ses plus grandes destinées à venir, il faudrait que, sur la plus haute tour du Kremlin, l’Étoile Rouge soit remplacée par une statue votive de la Vierge Marie, symbole annonciateur du Regnum Mariae. Ce n'est qu'un symbole, mais c'est sans doute de ce symbole que dépend entièrement l'avenir eschatologie de la Russie et partant de l'ensemble impérial du grand-continent eurasiatique Cela, je ne sais pas si Vladimir Poutine le sait. Mais il faudra le lui faire savoir.

    Pour le moment, la somme maximale des efforts à déployer par les “groupes géopolitiques”, et par les formations politiques européennes que ceux-ci pourraient influencer, doit concerner la mise en piste de l'axe Paris-Berlin-Moscou. En même temps, si la plus Grande Europe est, désormais, à cause de la Russie, à la fois catholique et orthodoxe, il faudra s'empresser d'arriver à une réintégration des deux religions, catholique et orthodoxe, revenir en arrière jusqu'aux temps où leur séparation n'avait pas été consommée. Ce qui à présent paraît impossible, une volonté transcendantale le fera, soutenue par certaines centrales occultes à l’œuvre, et par la sainteté.

    ► Jean Parvulesco, Nouvelles de Synergies Européennes n°45, 2000.

    ◘ Cet article a été repris dans : Vladimir Poutine et l’Eurasie, ACE (Amis de la Culture Européenne), 2005. [préface]


    « RussieBabourine »
    Pin It

    Tags Tags :
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :